VOYAGES MUSICAUX INTERMEDES : LA SAISON 2018

On ne présente plus Jonas Kaufmann, l’expressivité de son chant qui peut glisser en un instant du « forte » au murmuré. Nous le retrouverons en août 2018 lors d’un concert au festival de Gstaad et en juillet 2018 à Munich dans Parsifal , aux côtés de Nina Stemme, sans doute la plus grande soprano dramatique actuelle. Parsifal , sous-titré festival scénique sacré par Wagner, se voulait une œuvre unique, un aboutissement, une véritable expérience sacrée au langage musical nouveau. Wagner interdit que cet opéra, conçu spécialement pour l’acoustique de Bayreuth, soit représenté ailleurs, interdiction que son épouse Cosima ne parvint pas à faire respecter après sa mort...

Autre grande voix du moment, Anna Netrebko ajoute à son répertoire Tosca qu’elle interprétera à New York, au Metropolitan Opera. Une prise de rôle très attendue pour la diva la plus sollicitée du moment... A la Scala de Milan, Juan-Diego Flores le ténor belcantiste à la voix solaire,chantera Orphée dans l’opéra de Gluck, tandis que le baryton français Ludovic Tezier incarnera Scarpia dans Tosca au Semperoper de Dresde. C’est à Berlin, dans Un bal masqué de Verdi, que nous retrouverons une autre grande soprano, Anja Harteros.

Rossini, Bellini, puis Verdi contribuèrent au succès de la Scala où ils créèrent plusieurs œuvres, tandis que les « propriétaires de loges » participèrent aussi au développement de leur théâtre en engageant la Malibran, puis Arturo Toscanini qui donna à l’opéra milanais une envergure internationale. Après la Deuxième Guerre mondiale, ce fut la grande époque de Claudio Abbado, Herbert Von Karajan, et surtout Maria Callas, ladivaqui donna au chant lyrique sa dimension théâtrale. La rivalité, réelle ou fabulée par les médias, de la Callas avec la grande cantatrice italienne Renata Tebaldi, défraya alors les chroniques. On prêta ainsi à Maria Callas l’expression malheureuse visant la Tebaldi : « On ne compare pas le champagne avec le Coca-Cola »... Nous revivrons l’histoire et les légendes de la Scala lors d’un voyage événement à Milan avec Ève Ruggieri incluant deux opéras, Fidelio de Beethoven avec Stuart Skelton et Il Pirata de Bellini avec Sonya Yoncheva, la grande soprano bulgare qu’Ève Ruggieri encouragea à ses débuts et avec qui elle a depuis lors tissé des liens d’amitié. Fabio Luisi dirigera à Florence, dans le cadre du « maggio musicale »la fameuse trilogie populaire de Verdi : les trois opéras Rigoletto, La Traviata et Il Trovatore. Un événement auquel nous aurons le privilège d’assister lors d’un autre voyage événement avec Ève Ruggieri.

C’est à Florence que des humanistes, à la fin du XVIe siècle, rêvent de renouer avec la tragédie antique où chant et drame s’entrelaçaient. Les pionniers de l’opéra, Peri, Cavalli et Monteverdifont éclore l’art lyrique qui va rayonner dans toute l’Italie, de Rome à Venise et à Naplesoù triompheront les castrats. En 1737, Charles III de Bourbon fait ériger dans la cité parthénopéenne le légendaire théâtre San Carlo, l’un des plus anciens théâtres lyriques d’Europe, dont plus tard Rossini et Donizetti seront directeurs musicaux, à l’époque des grands chanteurs mythiques, tels la Malibran ou son père Manuel Garcia. Le célèbre Adolphe Nourrit, ténor vedette de l’Opéra de Paris dans les années 1830, adulé par le public et créateur de tous les grands rôles de l’époque, succomba au mirage napolitain. Suite au recrutement à ses côtés d’une autre star, le ténor Gilbert Duprez, Nourrit claque la porte de l’Opéra de Paris, froissé et mortifié. Il file en Italie, vers le temple du chant lyrique qu’est alors le San Carlo. Mais il ne rencontre pas le succès escompté, sombre dans la folie et la paranoïa - même quand le public l’applaudit il pense que c’est par dérision ou par pitié -, et finalement se défenestre après une réception donnée en son honneur… Découvrez l’histoire de l’opéra avec Intermèdes et faites le « grand tour » des plus grandes salles lyriques italiennes, par exemple Venise, Turin ou Parme.

C’est en 1752 à Paris qu’éclate la « querelle des Bouffons ». Cette controverse musicale opposa les partisans de l’opéra français créé par Lully et renouvelé par Rameau, aux adeptes de l’opéra italien. À l’ère baroque triomphe en France la tragédie lyrique, spectacle complet associant airs solistes, récitatifs, chœurs et pièces instrumentales avec danses, décors somptueux, machineries et chars volants… Les Italiens s'enflamment plutôt pour le « beau chant », le « bel canto » où excellent les castrats et la « prima donna » . Ils distinguent l' « opera seria »,opéra « sérieux » où le récitatif fait progresser l'action et les airs expriment les sentiments, de l'« opera buffa» genre plus léger aux intrigues comiques. Pour les amateurs de musique baroque, Intermèdes propose plusieurs événements prestigieux tels le festival de Beaune et le festival de La Valette, la Misteria Paschalia à Cracovie les festivals Haendel à Halle et Bach à Leipzig, le festival de Fontfroide créé par Jordi Savall.

Le théâtre romain d’Orange et son célèbre « mur » qui offre une acoustique exceptionnelle, accueille depuis 1869 des représentations lyriques, ce qui en fait le plus ancien festival français. Le destin des Chorégies d'Orange, événement de renommée internationale, est désormais entre les mains de Jean-Louis Grinda, successeur de Raymond Duffaut. L’ancien directeur de l’opéra de Monte-Carlo, également metteur en scène, souhaite insuffler au festival une nouvelle dynamique. En 2018, nous dégusterons ainsi un pétillant « Barbier de Séville » avec Florian Sempey, l’incontournable Figaro du moment, Olga Peretyatko et Michael Spyres. Découvrez avec Intermèdes bien d’autres festivals : Salzbourg, Aix-en-Provence, Pesaro, Verone, Torre del Lago, Baden-Baden, Pablo Casals et la Chaise DieuPour les amoureux du piano, plusieurs festivals en France proposent une programmation de grande qualité avec des pianistes renommés : La Roque d’Anthéron, le festival Chopin à Nohant, Piano aux Jacobins.

Dominique de Williencourt, musicien et compositeur, a réuni des artistes d’exception, tels le pianiste Abdel Rahman El Bacha ou le violoniste Régis Pasquier, pour participer aux deux croisières musicales « Croisirama-Intermèdes », en Russie et en Méditerranée (Albanie, Sardaigne, Sicile, Calabre). Concerts à bord et au cœur de sites grandioses privatisés, répétitions publiques et interviews, rencontre et échanges avec les artistes dans un esprit convivial… Vivez une expérience musicale et culturelle unique !

B. Valat