Holi, la fête des couleurs

« Ne soyez pas fâché, c’est la Holi » clame celui qui vous asperge joyeusement de pigments colorés mélangés à de l’eau. La foule multicolore chante et danse dans les rues en s’arrosant de couleurs pour célébrer l’arrivée du printemps, la fertilité, la victoire du bien sur le mal : Holi est l’une des fêtes traditionnelles les plus importantes d’Inde, qui se déroule pendant deux jours à la pleine lune du mois indien de Phâlguna, en février-mars de notre calendrier. En 2019, Holi aura lieu le mercredi 20 et le jeudi 21 mars. La date exacte est déterminée par le panchang, le calendrier astrologique hindou.

D’après la mythologie hindoue, un roi nommé Hiranyakashipu, fier et arrogant, régnait en despote, exigeant la soumission de tous. Irrité par son fils Prahlad qui lui préférait le dieu Vishnu, il tenta à plusieurs reprises de l’éliminer, mais échoua. Il le mit alors au défi de s’allonger dans les flammes avec sa tante Holika qui avait le don de ne pas craindre le feu. Vishnu récompensa la fidélité inébranlable de Prahlad en le sauvant des flammes, tandis qu’Holika fut punie en périssant dans le brasier. Holika donne son nom à la fête Holi…

La veille des festivités de Holi, les Indiens allument des grands feux de joie qui symbolisent la destruction du mal, la défaite de Hiranyakashipu et Holika. Ils se retrouvent ensuite en famille avant de participer le lendemain au festival des couleurs proprement dit. Vêtus de blanc, ils s’aspergent de pigments colorés pour chasser le mauvais sort et attirer les grâces souhaitées, au rythme des chants et des danses, de la musique et des chorégraphies de Bollywood. C’est une joyeuse bataille de couleurs ! Le soir venu, ils s’échangent vœux et cadeaux, partagent des plats traditionnels. C’est une journée spéciale qui réunit tout le monde sans différences de castes ou de religions, où tous les êtres humains sont égaux, où les barrières sociales sont rompues. On célèbre la joie, l’amour, le pardon ; l’arrivée du printemps, la renaissance de la nature, la fertilité ravivée, la victoire du bien sur le mal, du printemps sur l’hiver...

L’explosion de couleur trouve aussi ses racines dans le mythe : Krishna, dieu à la peau sombre, était fou amoureux de Radha dont la peau était claire. Pour éliminer cette différence qui le complexait, il eut l’idée d’enduire le visage de sa bien-aimée de pigments colorés… Si on célèbre Holi dans toute l’Inde, Mathura et Vrindavan, deux cités liées à Krishna, sont renommées pour leurs festivités particulièrement ferventes.

Chaque couleur revêt en Inde une signification particulière : le rouge est associé à l’amour, la joie, le mariage, la beauté ; le vert correspond à l’harmonie, la récolte et la fertilité ; le bleu, c’est la vitalité et la sérénité, l’orange l’optimisme et la force, le jaune la bonne santé et la foi, le blanc la paix et la pureté… Les pigments proviennent de plantes séchées et broyées. A l’origine, c’est de la cendre qui était utilisée et non des couleurs, afin d’évoquer le triste sort d’Holika...

Happy Holi !