Rechercher

content

Van Gogh en trois tableaux

Le 10 mai 1824 la National Gallery de Londres ouvrait au public. Pour commémorer ce bicentenaire, le célèbre musée va consacrer une exposition à Vincent van Gogh (1853-1890). Le peintre postimpressioniste est devenu après sa mort l’un des plus célèbres artistes au monde, et ses tableaux ont atteint des records dans les ventes publiques.

Né en Hollande dans une famille bourgeoise de pasteurs et de marchands d’art à la fois, il débute dans le commerce familial avant d’être touché par la religion et de devenir prédicateur laïc itinérant. Vers 1880, il se tourne vers la peinture. En 1886, il s’installe en France. En une dizaine d’années, il a produit plus de 2 000 toiles et dessins jusqu’à sa mort tragique en 1890.

L’exposition de Londres permettra d’apprécier l’évolution de van Gogh à travers l'utilisation émotive de couleurs expressives et l'application dynamique de la matière picturale, de plus en plus empâtée. Parmi les œuvres qui seront présentées, nous en avons retenus trois qui nous ont paru particulièrement inspirantes.

Tête de paysanne

Janvier 1885 (huile sur toile, 40,3 × 30,5 cm, entrée en 2013 à la National Gallery)

Tête de paysanne Van Gogh

En 1884-1885, Van Gogh s'était installé dans la ville de Nuenen dans le sud des Pays-Bas. Il va alors peindre près de deux cents tableaux aux tonalités sombres. Dans ses lettres, il évoque Rembrandt et Frans Hals, mais aussi les peintres de « l'école de La Haye », influencés par « l’école de Barbizon ». C’est lors de ce séjour qu’il réalise son premier grand tableau, Les mangeurs de pommes de terre de 1885 (Musée Van Gogh, Amsterdam).

Durant l’hiver 1884-1885, il exécute une quarantaine de portraits de paysans en tenue de travail, représentés en buste, de face ou de profil, sur un fond sombre. La « Tête de paysanne » présente un visage uniformément éclairé, marqué par des coups de brosse expressifs. Les bruns, gris et marrons prédominent dans la tonalité presque monochrome. Il se dégage une impression de mélancolie, presque de tristesse.

Les Tournesols

Août 1888 (huile sur toile, 92,1 × 73 cm, National Gallery)

Les Tournesols Van Gogh

« Le tournesol est à moi », a déclaré Van Gogh à son frère Théo, qui dirigeait une succursale du commerce familial à Paris : « A côté de ton magasin, dans le restaurant, tu sais bien qu’il y a une si belle décoration de fleurs là, je me rappelle toujours le grand tournesol dans la vitrine. » Après une série de tableaux peints à Paris en 1887 sur cette fleur devenue emblématique du peintre, il reprend ce thème à Arles en 1888-1889, pour décorer sa maison à l’attention de Paul Gauguin. C’est à cet ensemble de six tableaux qu’appartient celui de la National Gallery.

Le tableau, où prédomine la tonalité jaune, rappelle les estampes japonaises qui ont marqué Vincent. Son expressivité célèbre la beauté de la nature. On peut aussi remarquer que les quinze tournesols sont représentés à des stades différents de leur existence, du bourgeon à la fleur fanée : ils évoquent les natures mortes hollandaises du XVIIe siècle dont les vanités symbolisent le temps qui passe et la brièveté de la vie.

Chaumières sur une colline près d’Auvers

Juillet 1890 (huile sur toile, 50,2 × 100,3 cm, Tate Britain -anciennement Tate Gallery, Londres)

Chaumières sur une colline près d’Auvers Van Gogh

Van Gogh s'était installé en mai 1890 à Auvers-sur-Oise, où il était suivi par le docteur Gachet selon le conseil de son frère Théo. Il y est resté jusqu’à sa mort le 29 juillet 1890. « Il y a ici des toits de chaume moussu qui sont superbes et dont je ferai certainement quelque chose » écrit-il alors à sa sœur Willemina.

Sur la toile, les ondulations des toits trouvent un écho dans les courbes des champs et des collines, marqués par des coups de pinceau vigoureux juxtaposant les couleurs, avec des empâtements de matière picturale. Le ciel vide pourrait suggérer que la peinture est inachevée, mais il peut s’agir plutôt d’un choix délibéré. Le tableau, peint sur place au mois de juillet, est l’un des derniers réalisés par l’artiste et témoigne de la mutation de la réalité en une expression personnelle chargée d’émotion.

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester informé et recevoir nos offres en avant-première.

OK

Brochures

Découvrez nos brochures gratuites pour suivre l'actualité de toutes nos marques (sans engagement).

Suivez-nous !

Pour suivre l'actualité d'Intermèdes retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :

INTERMÈDES

Qui sommes-nous ?

L'esprit Intermèdes

Nous contacter

Protection des données et cookies

Conditions de vente

Assurances

Partenaires

Nos gammes

Nous rejoindre

SERVICES

Mon compte

Avantages clients

Programme de parrainage

Recevoir la brochure

Inscription à la newsletter

Devis sur mesure

Offrir un voyage culturel

Groupes, entreprises, CE

Hôtels aéroports

Brochure

Nos voyages culturels

Voyages culturels

Conférenciers

Départs garantis

Offres primos

Nouveautés

Dernières places disponibles

Questions fréquentes

Nos articles et chroniques culturelles

Calendrier de l'avent 2023

Nos thèmes

Circuit culturel

Séjours culturels

Voyages Premium - ex-Hémérys

Croisières culturelles

Voyages en train

Tempo, rythme modéré

Voyages en famille

Voyages musicaux

Randonnées

Nature et grands espaces

Grandes expositions

Noël et Nouvel An

Journées culturelles

Voyages sur-mesure

Moyens de paiement

Qualité certifiée

Charte de qualité Fevad
Récompense Open to Dialog 2014
Noté 4,8 sur 5 sur Trustpilot
Groupama Assurance-crédit & Caution
Membre du SETO

© Copyright Intermèdes 2024

Mentions légales

|

Crédits

|

Plan du site