content

La Corée, une mosaïque religieuse originale

La Corée offre un panorama religieux diversifié original en Asie. En Corée du Sud, il n’y a pas de religion officielle, l’Etat est laïc et séparé des cultes. Un peu plus de la moitié de la population ne se considère pas comme liée à une religion. Le reste des Coréens se partage essentiellement entre le christianisme, majoritaire (ce qui est un cas unique en Extrême-Orient), et le bouddhisme. Toutefois, d’autres cultes ou doctrines imprègnent encore toute la société.

LE bouddhisme

Temple bouddhiste

Venu de Chine, le bouddhisme s’était implanté dès le IVe siècle dans les Trois Royaumes coréens. Il a donné naissance à plusieurs courants, dont le principal est l’ordre Jogye, le Son ou zen coréen. Il a laissé un patrimoine particulièrement riche, dont témoignent les sept Sansa, monastères implantés dans la montagne, fondés du VIIe au IXe siècle. Ils sont classés au Patrimoine mondial par l’UNESCO. Aujourd’hui, au-delà des 15 à 20% de bouddhistes pratiquants, l’immense majorité des Coréens est influencée par la philosophie et les traditions issues du bouddhisme.

Temple bouddhiste de Tongdosa

le christianisme

Eglise catholique

Arrivé par les missionnaires catholiques -en particulier français- au XVIIIe siècle, le christianisme s’est développé à la fin du XIXe siècle. Ce sont des missionnaires américains protestants qui ont construit des écoles, des hôpitaux, avec le soutien bienveillant de la monarchie alors en déclin, assurant la prédominance des courants évangélistes au sein du christianisme coréen. Ce dernier est devenu le symbole de la résistance durant l’occupation des Japonais qui voulaient imposer le culte shintoïste. Il est devenu la première religion en Corée, (près de 20% des Coréens sont protestants et 8% catholiques, le christianisme touchant ainsi plus du quart de la population).

Cathédrale catholique de Myeongdong à Séoul

La doctrine confucéenne

Confucianisme

Philosophique, métaphysique et dans une certaine mesure religieuse, est issue de la Chine comme le bouddhisme, s’implantant en Corée à la même époque. Le confucianisme devint le culte officiel à l’époque des rois de Joseon à partir de 1392, sous la forme du néoconfucianisme. S’il y a bien un sanctuaire de Confucius à Séoul, il ne concerne qu’une infime minorité de fidèles. Pourtant, la philosophie confucéenne imprègne encore très majoritairement la Corée. Elle est centrée sur les valeurs d’ordre et d’harmonie, tant dans la société qu’au sein de la famille. Le respect dû aux aînés implique un véritable système hiérarchique, vous devez connaître ainsi l’âge précis de votre interlocuteur pour adapter mutuellement les attitudes. Les parents ont une véritable autorité sur la famille traditionnelle. Ce formalisme d’origine confucéenne se retrouve dans le mariage traditionnel, les funérailles, l’anniversaire de la mort, le respect dû aux ancêtres.

Cérémonie au Munmyo-temple de Confucius à Séoul

LE chamanisme

Mudang

Enfin, le chamanisme (Shindo) est la religion autochtone avant l’arrivée des autres cultes. Il est resté une pratique privée durant toute l’histoire coréenne, sans être jamais lié à l’Etat. Les missionnaires protestants ont lutté contre lui, on a détruit des temples sous la dictature dans les années 1970-1980. Il connaît un nouvel essor de nos jours. Il est essentiellement pratiqué par des femmes chamanes (environ 50.000 aujourd’hui). La mudang, selon le terme coréen, est une intermédiaire entre le monde des esprits et des divinités et celui des humains. On y a encore recours dans toutes les classes sociales pour éloigner le mauvais sort et se concilier la chance à l’occasion d’examens, d’entretien d’embauche, d’investissements, de jeux de hasard, d’inaugurations de bâtiments et même lors des élections ! On demande aussi de préserver la santé et la famille… On offre aux esprits de la nourriture, en particulier une tête de cochon. La mudang agite des clochettes, écrit des talismans, agite des sabres et bien sûr il faut la rétribuer pour ses bons offices…

Mudang : femme pratiquant le chamanisme

Découvrez tous nos voyages en Corée du Sud

Ne manquez pas nos autres chroniques culturelles sur la Corée :

La Corée, le pays du "Matin calme"

Du royaume ermite à la vague hallyu, la Corée s'ouvre au monde

Par Thierry Soulard

Contacts

01 45 61 90 90

info@intermedes.com

Par formulaire

Questions fréquentes

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester informé et recevoir nos offres en avant-première.

OK

Brochures 2022

Découvrez nos brochures gratuites pour suivre l’actualité de toutes nos marques (sans engagement).

Suivez-nous !

Pour suivre l’actualité d’Intermèdes retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :

INTERMÈDES

Qui sommes-nous ?

L’esprit Intermèdes

Nous contacter

Protection des données et cookies

Conditions de vente

Assurances

Partenaires

Nos gammes

SERVICES

Avantages clients

Recevoir la brochure

Inscription à la newsletter

Devis sur-mesure

Groupes, entreprises, CE

Offrir un voyage culturel

Hôtels aéroports

Nos brochures

Nos voyages culturels

Destinations proposées

Nos conférenciers accompagnateurs

Départs garantis

Offres primos

Nouveautés

Tous nos thèmes

Questions fréquentes

Nos articles et chroniques

Nos marques

Intermèdes, le voyage culturel avec conférencier

Hémérys, le voyage culturel d’exception

Sentiers des Arts, la randonnée culturelle

Orients, sur les Routes de la soie

Voyages sur-mesure

Conférences culturelles

Moyens de paiement

Qualité certifiée

Charte de qualité Fevad
Récompense Open to Dialog 2014
Noté 4,7 sur 5 sur Trustpilot
Garantie financière Atradius
Membre du SETO

© Copyright Intermèdes 2022

Mentions légales

|

Crédits

|

Plan du site