On refait le match : Australie – Nouvelle-Zélande

Pour la plupart d'entre nous qui n'avons jamais eu l'occasion de visiter ces deux pays, l'Australie et la Nouvelle-Zélande paraissent non seulement comme des pays voisins, perdus aux antipodes sur les planisphères, mais également comme des cousins, tant leur histoire récente semble les rapprocher.

On parle anglais autant à Wellington qu'à Canberra, et tous deux ont la reine Élisabeth II pour chef d’État ; héritage commun de la colonisation britannique. Cette colonisation, d'ailleurs, initiée à la fin du XVIIIe siècle pour l'Australie et quelques décennies plus tard pour la Nouvelle-Zélande, a infligé un traumatisme violent aux populations indigènes des deux pays, les Aborigènes en Australie et les Maoris en Nouvelle-Zélande. Australiens et Néo-Zélandais ont aussi en commun d'avoir une même bataille comme fait mémoriel marquant leur prise de conscience comme nations distinctes de la mère patrie : la bataille des Dardanelles lors de la 1ère Guerre Mondiale. Un véritable carnage pour les ANZAC, le corps d'armée australien et néo-zéolandais, qui perdirent 11.000 des leurs à Gallipoli face aux Ottomans en avril 1915.

Leurs drapeaux eux-mêmes entretiennent la confusion, et un minimum d’expertise en vexillologie est nécessaire pour parvenir à les distinguer : même incrustation de l'Union Jack, mêmes coloris, et même passion pour les étoiles...

Sur le plan monétaire c'est la même chose. Ils se distinguent tout en restant identiques car, bien que membres du Commonwealth, ils ont chacun leur propre dollar (on n'est pas à un paradoxe près) : australien d'un côté ; néo-zélandais de l'autre.

On comprend qu'avec autant de similitudes, Australiens et Néo-Zélandais cherchent à se distinguer et afficher leur singularité, ce qui ne va pas sans générer une certaine rivalité entre les deux nations. Celle-ci s'exprime notamment à l'occasion des matchs de rugby les opposant ; un sport dans lequel tous deux excellent, et ce n'est pas le XV de France qui dira le contraire, malgré quelques coups d'éclats des joueurs tricolores. Dans le registre de l'affirmation de soi, toutefois, les All Blacks, comme on surnomme les Néo-Zélandais, ont mieux su tirer leur épingle du jeu. Le spectaculaire haka exécuté par les joueurs à l'entame de chaque match a marqué les esprits de l'ovalie, voire bien au-delà.

Mais cette sorte de mimétisme-rivalité entre les deux pays tombe immédiatement dès lors que l'on s'intéresse directement aux pays, à leur géographie plus précisément. Car on ne trouvera là pas grand chose de comparable, hormis la beauté de leurs paysages. Pour commencer, rien que leur taille respective suffit à les différencier. L'Australie a la taille d'un continent alors que la Nouvelle-Zélande est composée de deux îles aux dimensions nettement plus modestes, comparables à celles du Japon. Sur le plan démographique également, les deux pays ne jouent pas dans la même catégorie : l'Australie compte 25 millions d'habitants, là où la Nouvelle-Zélande n'atteint même pas 5 millions. Si l'Australie présente une très grande variété d'écosystèmes et de magnifiques littoraux, elle s'impose d'abord comme le pays du désert, du bush et de l'Outback. La Nouvelle-Zélande, quant à elle, émerveille par ses montagnes, ses glaciers, ses fjords et ses volcans. Quand l'Australie dispose de sites mondialement réputés, tels Uluru la montagne sacrée des Aborigènes, en plein cœur du pays, ou bien l'opéra de Sydney qui trône sur la baie du même nom, la Nouvelle-Zélande possède moins de sites ayant la même aura ; c'est plus une question d'ambiance et d'atmosphère...

Autant l'Australie est périodiquement sujette aux fortes dépressions, aux sécheresses dramatiques et aux incendies dévastateurs, autant la Nouvelle-Zélande, qui semble bénéficier d'un climat plus tempéré en raison de sa latitude plus au sud, craint les tremblements de terre et les éruptions volcaniques. Conséquence de tout cela, peut-être, la faune d'Australie possède des espèces endémiques rencontrées nulle part ailleurs : kangourous et koalas pour ne citer qu'eux. Elle possède également une faune dangereuse comme les crocodiles de mer, les grands requins blancs ou une grande variété d'araignées venimeuses. Rien de cela côté Nouvelle-Zélande qui mise plutôt sur son animal emblématique, un petit oiseau nocturne de la taille d'une poule : le kiwi, dont le nom a été donné au fruit massivement exporté par les producteurs du pays[1].

[1]    Avant les années 70, c'est sous l'appellation « groseille de Chine » que le fruit kiwi était connu.

Conférencier

Voyages associés

Nouvelle-Zélande

Circuit 16 jours
 /  à partir de 7 280 €

Au pays du long nuage blanc. Voyage en Nouvelle-Zélande, visite d'Auckland, Hamilton, Rotorua, Napier, Wellington, Nelson, parc national de Fiordland, glacier Fox, Queenstown, lac Tekapo, Christchurch

du 1 au 16 nov. 2020
Voir
Hémérys, le voyage culturel d'exception

Croisière d'expédition en Nouvelle-Zélande, d'Auckland à Dunedin

Croisière 18 jours
 /  à partir de 11 190 €

Croisière de luxe avec conférencier à bord d'un navire d'exploration Silversea. Croisière de luxe en Nouvelle Zélande avec la compagnie Silversea, escales à Auckland, Tauranga (Bay Of Plenty), Ship Cove, Picton, parc national Fjordland (Unesco), Dusky Sound,The Snares, Bluff, Dunedin, parc national du Westland Tai Poutini, Christchurch...

du 9 au 26 déc. 2020
Départ bientôt garanti
Voir