Chroniques des conférenciers

1 2 3 4
Teotihuacan : la grande cité des Dieux
La cité de Teotihuacan était, entre le Ier et le VIe siècle de note ère, le plus grand centre urbain de Mésoamérique avec une population de plus de 200 000 habitants. Son importance économique, sociale et religieuse était si grande qu’elle rayonnait sur l’ensemble du territoire mésoaméricain. Connue comme « la cité des dieux », on ne sait rien de son nom d’origine car ce dernier lui fut donné par les Aztèques lors de leur arrivée sur le plateau central alors qu’ils font du site le lieu de création de leur cinquième soleil. D’ou le nom de pyramide du soleil et de pyramide de la lune. On ne connaît pas non plus l’origine ethnique des gens qui résidaient dans cette cité, ni la langue qu’ils parlaient.
Persépolis : la scène du pouvoir royal
Alexandre le Grand a parcouru des milliers de kilomètres depuis sa Macédoine natale. Il a vaincu la vieille Egypte et a pris Babylone la millénaire. Il arrive à Persépolis fondée en 515 av JC, par Darius 1er (522-486). Il entre au Paradis perse fait de champs et de jardins irrigués par des canaux qui amènent l’eau depuis une digue construite à des dizaines de kilomètres de là. De cet océan de verdure jaillit une ville royale faite de somptueux palais, de magasins et d’entrepôts. Le Conquérant est au cœur de la gloire achéménide. Persépolis a été construite par les souverains perses pour immortaliser le nom des Achéménides et exalter leur pouvoir. Ici, devant Persépolis, la renommée d’Alexandre est dominée par une grandiose muraille, lisse et sans décoration. Il s’agit d’un rempart de brique crue, cantonné de tours, creusé en partie dans la montagne, qui soutient une immense terrasse couvrant plus de treize hectares (450 m sur de 300 m). Cette esplanade artificielle supporte l’immense palais de Darius, dont quelques salles s’élèvent à plus de vingt mètres de haut, perchées sur des véritables forêts de colonnes.
Qui était la Reine de Saba ?
Elle est venue de loin mais d’où précisément ? Était-ce une beauté ? Était-elle affligée de quelque disgrâce ? Est-donc vrai qu’elle séduisit Salomon ? L’Histoire, l’archéologie ont-elle leur mot à dire sur cette souveraine bien énigmatique ?La littérature et l’art, aussi bien en Occident qu’en Orient, se sont emparés du mystère de la Reine de Saba, dont la Bible raconte qu’elle rendit visite au roi Salomon. Le monde islamique, dans la foulée biblique, a inventé tout un florilège de légendes. La tradition éthiopienne fait descendre la dynastie salomonide, qui a régné sur l’Éthiopie depuis le début du 1er millénaire av JC jusqu’au XXe siècle, en droite ligne de Ménélik, fils mythique de Salomon et de la Reine de Saba. Selon une tradition occidentale et médiévale, celle-ci fut guérie d’une infirmité lorsqu’elle toucha le bois avec lequel sera taillée la croix du Christ. Dès l’aube du christianisme, les théologiens glosèrent sur cette femme, plus ou moins légendaire. Elle inspira, au XIIe siècle, les sculpteurs qui placèrent sa statue à l’entrée des cathédrales de Chartres et de Parme. Accompagnée des rois mages, offrant de l’or, l’encens, et la myrrhe, elle servit de motif aux vitraux des cathédrales de Strasbourg et de Cologne.
Le Bhoutan à l'occasion du festival de Jampey Lhakang
Le Bhoutan, royaume mythique hors du temps... Blotti au pied de l'Himalaya, le Bhoutan, royaume hors du temps, demeure un des pays les plus mystérieux de la planète, où le merveilleux fait partie du quotidien et où le réel se fond constamment dans l'irréel. Avec ses montagnes splendides, son air cristallin, ses forêts qu'on croirait sorties d'un conte de fées et ses monastères perchés sur leurs éperons rocheux, le pays exerce une magie indéniable...
Un regard sur l'Egypte... par Pierre-Alain Mallet
En tant que guide, l’Egypte est un cas particulier. C’est le seul pays où la réalité dépasse les espérances des voyageurs. Là où certaines destinations demandent des capacités de conteurs pour faire revivre et rendre compréhensible les vestiges, la majesté de Karnak, le romantisme de Philae ou la vivacité des coloris des tombes de Thèbes sont toujours au-delà des rêves d’avant le départ. Accompagner un premier voyage en Egypte, c’est aussi être spectateur de cette rencontre, où le souvenir de Bonaparte se mêle à celui de l’obélisque de la Concorde...
Laurent le Magnifique : « Le vase de toutes les vertus »
L’année 1492 est marquée par la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb et la prise de Grenade par les Espagnols. C’est aussi l’année de la mort de Laurent de Médicis dit « le Magnifique » (1449-1492), artisan d’un « âge d’or » florentin juste avant les désastres des guerres d’Italie (1494-1559). Certes, les historiens ont nuancé depuis longtemps cette interprétation trop idéale de la Renaissance florentine, sans pour autant cesser d’être fascinés par la stature de Laurent de Médicis. 
1 2 3 4