Syracuse : cris et chuchotements

"L'Oreille de Denys" : le nom de ce site remarquable surprend. On pense à une relique d’un saint tutélaire de Syracuse. Il n’en est rien puisque la patronne de la ville est sainte Lucie à qui sont dédiées une basilique à l’extérieur avec son tombeau et une église en centre-ville qui abrite le tableau du Caravage représentant la mise au tombeau de la sainte.

L’Oreille de Denys serait-elle alors cette fameuse recette de pâtes en forme d’oreille (les orecchiette) préparées à la manière sicilienne avec du pesto d’amande, des anchois, des tomates fraîches coupées en dés et des câpres ? Il n’en est rien : Denys n’est pas le prénom d’un chef étoilé mais celui d’une lignée de tyrans de Syracuse à la période grecque des Ve et IVe siècles avant notre ère. Ainsi l’Oreille de Denys est une anfractuosité dans les roches ayant servies de carrière pour la construction de Syracuse durant toute la période grecque antique. La légende raconte comment, dans cette grotte, les prisonniers étaient enfermés et l’écho permettait à Denys d’entendre leurs chuchotements.

Caravage aurait peint L'Enterrement de sainte Lucie dans un environnement démesurément haut et sombre après sa visite de cette grotte, aujourd’hui visible dans le site archéologique de Syracuse.

C. Joncheray