voyages-offre-primo.jpg
OFFRE PRIMO
voyages-departs-garantis.jpg
DÉPARTS GARANTIS
voyages-derniere-minute.jpg
DERNIÈRE MINUTE
voyages-offre-primo.jpg
OFFRE PRIMO
voyages-departs-garantis.jpg
DÉPARTS GARANTIS
voyages-derniere-minute.jpg
DERNIÈRE MINUTE

Dates de départ

content

ACTUALITÉS CULTURELLES

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 9
capture.jpg

Vermeer au Louvre !

L'exposition qui vient de s'ouvrir au Louvre, traite de la peinture hollandaise au siècle d'Or. C'est à dire durant la presque totalité du XVIIe siècle, période opulente où les vaisseaux de la Compagnie néerlandaise des Indes apportent les épices de Java, le café du Yémen, les porcelaines de Chine, les tapis de Turquie, les calicots de l'Inde, le bois d'ébène d'Afrique, etc. La Hollande est riche, la Hollande est prospère et ses citoyens veulent que cela se sache. Pour ce faire ils couvrent leurs murs de tableaux qui doivent refléter cette « aisance ».

capture.jpg

Iran, la Perse, un songe de mille et une nuits

« Autrefois, sur une petite place à Chiraz, un géomancien était penché sur sa tablette en bois, poudrée de sable fin. Il dessinait les constellations, interrogeait la Lune et le Soleil, présageait l'avenir. Quand tout était dit, bon ou mauvais, il secouait sa planche. Le sable s'envolait, emportait au vent dessins, étoiles, ciel et Terre. Ne restait rien de ce qui fut, plus rien qu'une tablette nue. » Chiraz, berceau des poètes Hafez et Saadi, dont les tombeaux sont très fréquentés, est la ville des jardins embaumant la rose et le jasmin, où circulent des contes, comme celui-ci, qui répandent leur sagesse et forcent à la réflexion.

capture-2.jpg

2017 - Année France Colombie

Première année croisée organisée en Amérique du Sud depuis l'Année France-Brésil (2009), l'Année France-Colombie débute par une saison française en Colombie, de décembre 2016 à juillet 2017, et se poursuit par une saison colombienne en France de juin à décembre 2017. En tout quelques 400 événements sont prévus ! Le coup d'envoi a été donné le 16 décembre à Bogotá, sur la place Simon Bolivar, avec un spectacle inspiré de la fête des Lumières de Lyon et qui a attiré 120.000 personnes par soir pendant huit jours.

capture.jpg

Icônes de l'Art Moderne. La collection Chtchoukine - Une exposition à voir à la fondation Louis Vuitton

Reste-t-il quelque chose à écrire sur la merveilleuse exposition que nous présente la Fondation Louis Vuitton, jusqu'au 20 février 2017 ? La presse s'en est emparée et tout semble déjà écrit. Sauf peut-être sur le bâtiment, inauguré en 2014, que l'architecte Franck Gehry, auteur déjà de nombreux chefs-d’œuvre comme le musée Guggenheim de Bilbao, le DZ Bank Building de Berlin ou la New York Tower, a voulu emblématique du XXIè siècle. Bernard Arnault lui a commandé « pour Paris, un lieu d'exception pour l'art et la culture ». C'est un bâtiment puissant, audacieux et à la fois poétique, qui se joue de la pesanteur et se profile sur le ciel tel un navire : l'émotion est convoquée avant même d'avoir franchi les portes !

capture.jpg

À propos de Noël

Noël reste aujourd'hui la grande fête folklorique de l'année, en tous cas celle dont le folklore est le plus riche et le plus varié. On dit que ce folklore s'est paganisé, en réalité il s'est laïcisé, ce qui n'est pas la même chose. Car les fêtes païennes qui, dans l'antiquité, célébraient le solstice avaient dans leurs rites et jusque dans leurs excès une référence religieuse, un substrat religieux, et procédaient d'une indiscutable croyance en des forces supra-naturelles régissant le Cosmos. En fait le folklore moderne s'est coupé de ses origines à la fois païennes et chrétiennes. Ses rites, adoptés pour eux-même, pour leur pittoresque ou leur agrément, sont dépourvus de toute référence sacrée, ou, pour le moins, l'ont totalement oubliée. Mais ces rites, ainsi découronnés, dévitalisés, n'en sont pas moins des survivances. Il y a en eux un certain nombre de signes qui ne trompent pas et qui portent jusqu'à nos jours la marque de très anciennes croyances pré-chrétiennes.

capture.jpg

La Porte de l'Enfer, chef-d’œuvre de Rodin au musée Rodin

En attendant le centenaire de la mort du sculpteur en 2017 qui entraînera la mobilisation de nombreux musées en France comme à l'étranger, son propre musée présente jusqu'au 22 janvier le principal chef-d’œuvre de Rodin et nous entraîne dans une vertigineuse plongée dans les affres de la création. L'inspiration ? Le Jugement Dernier ou les Danses Macabres comme on en voit dans nombre d'églises romanes ou gothiques, thème largement repris par les primitifs flamands : Peter Brueghel, Jérôme Bosch, Hubert Van Eyck ou encore Thierry Bouts… qu'on retrouve aussi dans la gigantesque peinture située sous l'orgue de la cathédrale d'Albi, inoubliable par sa qualité et ses dimensions et qui montre le ciel, la terre et l'enfer où gesticulent les impies dans des compartiments dédiés aux sept péchés capitaux. Enfin ultimes références: la Divine Comédie de Dante, Les Fleurs du Mal de Baudelaire dont il se réclame et les portes du baptistère de Florence qu'il a vues quelques année auparavant.

capture.jpg

Winterhalter, Portraits de Cour - Une exposition à voir au palais de Compiègne

S'il est une exposition qu'il ne faut pas rater, c'est bien celle de ce grand portraitiste des cours européennes qui connut un succès exceptionnel tout au long du XIXe siècle. Cette visite offre un miroir à la haute-société du règne de Louis Philippe puis Napoléon III, en France, mais aussi du règne de la Reine Victoria, en Angleterre, de la cour de Belgique ou de Saint-Pétersbourg. La démarche complète superbement l'exposition du Musée d'Orsay qui est elle-même un panorama de cette brillante mais courte période qui mit en place les fondements de la modernité.

capture.jpg

Le Grand Condé, rival du Roi-Soleil ? Une exposition à voir en « ses terres » de Chantilly

Le Grand Condé ? Un prince de sang du Grand Siècle : Duc d'Enghien, apparenté au roi de France par le fondateur de la lignée, au XVIe siècle, Louis 1er, prince de Condé et oncle d'Henri IV, Il était donc cousin de Louis XIV. Héros comme on l'entendait au XVIIe siècle, prince raffiné, courtisan mais aussi comploteur, frondeur, libertin, violent : un vrai condottiere.

capture.jpg

L'exposition « Jade, des empereurs à l'Art déco » à voir au Musée national des arts asiatiques Guimet

Le jade, cet automne, vient nous conter une longue histoire de la Chine. Du Néolithique aux années Art déco, au cours desquelles les joailliers français – Cartier en tête – montrent un fol engouement pour cette gemme aux jeux subtils entre matière et couleurs, c'est une véritable épopée qui nous enchante et nous entraîne, de l'autre bout du monde jusqu'à Paris, tant le goût pour la Chine est en faveur à la fin du XIXè et au début du XXè siècle.

capture.jpg

L'exposition "Magritte la trahison des images" à voir au Centre Pompidou

L'exposition qui se tient au Centre Pompidou (21 septembre 2016 / 23 janvier 2017), surprendra les amateurs du surréaliste belge qu'est René Magritte. On l'attend insolent, fantaisiste, amusant, roi de l'humour à froid, on le découvre éloigné du « dogme Dadaïste » dont on fête le centenaire cette année, avec des noms comme Picabia, de Chirico, Tzara, Breton etc. puis de la dérive surréaliste : les deux mouvements se résumant à une forme de révolte contre l'air du temps. A partir des années Trente, Magritte change de style et affirme haut et fort que « l'art de peindre est un art de penser ». Tel est l'objet de l'exposition.

capture.jpg

Hodler, Monet, Munch - Une exposition à voir au musée Marmottan Monet

Tout a commencé avec les découvertes accomplies en physique et chimie dans la première moitié du XIXè siècle. Eugène Chevreul, en particulier, éminent chimiste, publia, en 1839, une théorie intitulée « De la Loi du Contraste Simultané des Couleurs... » Nul doute que les trois peintres présentés au Musée Marmottan jusqu'au 22 janvier, en ont eu vent et même ont fait des recherches sur ces nouvelles connaissances autour de la lumière qui les fascinait au point de les obséder.

capture.jpg

Il y a 350 ans, le Grand Incendie de Londres

Il a duré quatre jours et quatre nuits. Commencé un dimanche de septembre, à l'aube, il n'a été complètement éteint que le jeudi. L'incendie a démarré dans l'arrière boutique (ou dans le fournil ce qui serait plus logique) d'un boulanger qui se situait non loin de London Bridge. Et les maisons se sont enflammées comme des fétus de paille, construites qu'elles étaient en bois recouvert de poix (mélange de résine et de goudrons végétaux) pour en assurer l'étanchéité. Atout supplémentaire pour le feu: les rues étaient très étroites.

tissot-cercle-rue-royale.jpg

Spectaculaire Second Empire, 1852-1870 - Une exposition à voir au Musée d'Orsay

Tous les arts participent à l'exposition du Musée d'Orsay qui retrace la vie quotidienne, les fêtes, les progrès, les changements qu'imposa le pouvoir pendant le Second Empire. C'est toutefois au château de Compiègne que les amateurs de peinture pourront voir les toiles de Winterhalter, portraitiste favori de l'impératrice Eugénie, parmi quelques 33 tableaux plus fastueux les uns que les autres.

khm-titus-lisant.jpg

Rembrandt Intime - Une exposition à voir au musée Jacquemart-André

Encore une fois, une éclatante saison d’automne prend place dans la capitale et nous tiendra en haleine, jusqu’aux frimas de janvier ou février! Nous n'avons que l'embarras d'un choix très éclectique… Au Musée Jacquemart André, boulevard Haussmann, dans un superbe « hôtel »qui reflète bien le goût du Second Empire, particulièrement illustré sur cette plaine Monceau, nous est présenté un «  Rembrandt Intime », exposition qui dévoile des facettes moins connues du Maître incontesté de l'art hollandais du XVIIè siècle.

capture.jpg

L'Antiquité des jardins

Il faut remonter à la nuit des temps (le cinquième siècle avant J.-C.) pour évoquer les jardins de la reine Sémiramis, à Babylone... Mythe ou réalité ? Les archéologues restent divisés sur leur origine et surtout sur leur localisation. Leur existence tenait bien sûr au système d'irrigation. Les eaux de l'Euphrate alimentaient de nombreux puits équipés de chaînes à godets, exactement comme ce que l'on voit de nos jours le long du Nil où cultivent les fellahs. Ces jardins n'en étaient pas moins considérés comme l'une des Sept Merveilles du monde antique. La seule description que nous en ayons nous vient du latin Quinte-Curse, au 1er siècle de notre ère !

capture.jpg

En 2016, l'Angleterre célèbre l'Art du Jardin, profitons-en !

L'Angleterrre célèbre l'Art du jardin... Autant les jardins à « la française » du XVIIè siècle sont indossociables du grand Le Nôtre, autant les jardins anglais, nés au XVIIIè, sont liés au nom du paysagiste Lancelot Brown, également appelé « Capability Brown », dont l'Angleterre fête aussi le 300è anniversaire du baptême, faute de connaître exactement sa date de naissance.

capture.jpg

Néron, entre mythes et réalité

An 68 ap. J-C. Néron vient de se donner la mort. Ainsi se termine un règne de 14 années, sanglant et controversé. Dans l'imaginaire collectif, Néron porte une rare diversité de qualificatifs, tous plus éloquents les uns que les autres : tyran, persécuteur, pervers, faible et manipulé, égoïste, immature ; et cette liste n'est pas exhaustive. Dès sa mort, ses contemporains s'emparent de son nom pour en faire un mythe, une légende noire. Cette dernière, agrémentée au fil des siècles, est encore tenace de nos jours : antéchrist pour les chrétiens, « héros de la passion destructrice » pour le XVIIe siècle; le marquis de Sade lui ajoute encore une dimension scandaleuse dans son Histoire de Juliette. Enfin, la tentative de réhabilitation de Néron par des personnages comme Hitler ne fait qu'aggraver son cas. Résultat, Néron est aujourd'hui l'un des empereurs romains les plus méprisés dans l'inconscient collectif, mais surtout l'un des plus mal connus. Dans le but de démêler le vrai du faux et de faire la lumière sur ce personnage emblématique, Trêves consacre en 2016 trois expositions exceptionnelles à Néron, son mythe, et son époque. La première, organisée par le Rheinische Landesmuseum, présente une histoire chronologique du règne de Néron, grâce à l'exposition de plus de 400 pièces, allemandes et étrangères. La seconde, qui se tiendra au Museum Am Dom Trier, aborde les persécutions des chrétiens dans l'empire romain, en prenant pour point de départ le règne de Néron. Enfin, le Stadtmuseum explorera le mythe, au travers de peintures, photos, films et gravures qui ont fortement contribué à forger l'image contemporaine du personnage.

capture.jpg

Macao, Coloane et Taïpa

« La baie de Canton part du delta de la Rivière des Perles pour s'évaser largement, comme les branches d'une tenaille ouverte. Au bout de la branche Est se trouvent Hong Kong et Kowloon. Sur la pointe extrême de la branche Ouest, il y a Macao», écrivait, en 1957, Joseph Kessel, grand reporter et merveilleux romancier. Il nous donne en quelques pages, l'histoire d'un mythe. Celui du plus grand centre de l'opium et de la capitale du jeu, nid de contrebandiers, paradis de la débauche, métamorphosé en postes frontières du monde occidental et de la Chine. Nous sommes encore au temps où Maurice Dekobra écrivait « Macao, l'Enfer du Jeu », roman traduit au cinéma par Jean Delannoy en 1942, avec Eric Von Stroheim et Mireille Balin ! A cette époque, Macao figurait une des plus anciennes colonies européennes du monde. Elle avait été accordée, quatre siècles auparavant, par le Fils du Ciel, l'Empereur Ming, qui régnait alors sur l'Empire de Chine, comme récompense aux Portugais, pour avoir anéanti les pirates qui infestaient la baie et ses archipels. Le Portugal, ce tout petit pays d'Europe, à peine libéré du joug maure, lançait ses marins vers de nouveaux continents, essaimant des comptoirs sur les rives de l'Afrique, de l'Arabie, de l'Inde et de la Malaisie, poussant jusqu'aux mers de Chine !

capture.jpg

L'herbe pousse dans le désert de Gobi !

Ils existent depuis des millions d'années et pourtant les déserts restent énigmatiques quant à leur véritable nature. Si on en dénombre vingt et un dans le monde, le plus grand reste le Sahara qui couvre huit millions de km², soit quinze fois la France. Mais ceux qui nous intéressent ici, portent le nom de déserts centrasiatiques. Il s'agit du Takla Makan, en Chine, dans le Xinjiang, énorme dune de 270.000 km² et le désert de Gobi, en Chine et Mongolie, espace terrifiant de 1.300.000 km² que les Chinois ont baptisé Sha-Mo (mer de sable).

capture3.jpg

Plácido Domingo, LA légende vivante de l’opéra

Né le 21 janvier 1941 à Madrid, Plácido Domingo étudie le chant au Conservatoire de Mexico City où il a rejoint ses parents, tous deux chanteurs, qui y dirigent avec grand succès une troupe de Zarzuela (ce genre lyrique espagnol profondément ancré dans l’histoire, l’âme, la musique ibériques qu’il défend inlassablement à travers le monde). C’est dans cette troupe qu’il connaît son baptême des planches, accompagnant sa mère, Pepita Embil, « la reine de la zarzuela ». Multipliant les expériences musicales et vocales, il rejoint peu à peu l’opéra et c’est le 19 mai 1961 à Monterrey qu’il tient son premier grand rôle de ténor : Alfredo dans La Traviata de Verdi. Après quelques années en Israël où il connaît un rythme effréné de représentations, il commence en 1965 sa carrière internationale qui le propulse parmi les plus grands ténors de sa génération.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 9

Service clients

01 45 61 90 90info@intermedes.com

Contacts

Par téléphone :
01 45 61 90 90

> Via notre formulaire> Consultez nos FAQ

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester informé et recevoir nos offres en avant-première.

OK

Brochures 2021

Découvrez nos brochures gratuites pour suivre l’actualité de toutes nos marques (sans engagement).

Suivez-nous !

Pour suivre l’actualité d’Intermèdes retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :

instagram
facebook
youtube
twitter
Mentions légales | Crédits | Plan du site |
© Copyright Intermèdes 2021