"Chrétiens et Ottomans de Malte et d’ailleurs" par Alain Blondy

Au début du XVIe siècle, l’empire ottoman dominait la moitié des rivages méditerranéens. Après la bataille de Lépante de 1571, Européens et Ottomans instaurèrent un modus vivendi économique sans que cessât pour autant entre eux un affrontement subsidiaire principalement incarné d’un côté par les Régences barbaresques d’Alger, Tunis et Tripoli et de l’autre par l’ordre des Hospitaliers de St Jean, connu sous le nom d’Ordre de Malte.

En revanche, le XVIIIe siècle fut celui de l’émergence des idées de liberté et, notamment, de la liberté d’entreprendre. L’économie prédatrice corsaire et son corollaire l’esclavage devinrent désormais une gêne insupportable. Dès lors les États qui s’y adonnaient furent contraints de s’adapter aux nouvelles exigences économiques ou encoururent le risque de disparaître à jamais. Malte se fit alors l’entrepôt central du commerce méditerranéen, intimement lié au commerce marseillais mais suscitant de ce fait les appétits anglais ou russes. Alger ne voulut rien changer du vieil idéal janissaire et la Régence fut donc condamnée par l’opinion internationale. Cet ouvrage est un recueil d’articles montrant le lent mais inexorable changement de la scène méditerranéenne qui portait en germe les grands changements politiques dont celle-ci fut l’objet au XIXe siècle.

Éditeur : PU Paris-Sorbonne (7 mars 2013)

>> Autres ouvrages :

  • Malte, 7000 ans d'histoire Editeur : Editions Bouchène (1 juillet 2011)
  • Chypre, PUF, coll. Que sais-je? Paris, 1998.
    Malte, Guide Arthaud, Paris, 1997.
  • Grèce, Guide Arthaud, Paris, 1994.
  • Chypre, Guide Arthaud, Paris, 1996.

Conférencier