Conférences culturelles

Grâce à votre compte (gratuit) sur notre site, vous pouvez :

  • accéder aux enregistrements (audio) des conférences passées
  • écouter la conférence directement sur le site
  • télécharger le fichier mp3 d'une conférence pour l'écouter plus tard

Conférences en version audio

Conférences
Conférences culturelles
Cycles de conférences
1 2 3 4
mar. 29 mai 2018
14:30 - 16:30

La vallée des Rois - matrice cosmique du voyage vers l’au-delà

La vallée des Rois fut choisie en tant qu’emplacement idéal des tombes royales suite à un songe prémonitoire d’Ahmosis, fondateur du Nouvel Empire. Mais cette nécropole céleste en terre d’Égypte est aussi la matrice du voyage de pharaon vers l’autre monde, franchissant les portes et les obstacles pour arriver à l’Amenti, garantie de l’immortalité et de l’éternelle existence de la vallée du Nil. Le pharaon, immortalisé au cœur des rayons de soleil pétrifiés dans la cime thébaine » continuait à gouverner l’Égypte derrière les portes mystérieuses de la vallée des Rois, sous la protection d‘Osiris.

jeu. 17 mai 2018
17:00 - 19:00

Abou Simbel : deux matrices cosmiques pour l’éternel pharaon et l’immortelle Égypte

Au cœur d’un désert traversé par le fleuve dieu, la Nubie offre un chef-d’œuvre réalisé de manière quasi-parfaite dans les falaises en grès. Ramsès II offre à l’Égypte les « cautions divines » d’un retour éternel du cycle naturel : soleil, lune, étoile Sothis, crue du Nil etc. sont inscrits sur les deux façades d’Abou Simbel. Son origine, son fondement et ses messages étaient liés à l’eau du Nil, et cette eau devint la cause directe d’une disparition certaine au fond du lac Nasser. Mais grâce à huit années de travail acharné et titanesque, les deux matrices cosmiques furent sauvées des eaux.

lun. 09 avril 2018
17:00 - 19:00

L’islam et l’Afrique

Si l’Afrique du Nord fut conquise à l’aube de l’islam politique califal, l’Afrique orientale fut au centre des intérêts islamiques pour son importance économique, commerciale et historique. La vallée du Nil constitua le boulevard fluvial par lequel l’islam pénétra au cœur de l’Afrique. Dans la région subsaharienne appelée le Sahel, l’islam se diffusa lentement par les commerçants arabo-berbères. L’islam n’a jamais changé les traditions préislamiques qui l’ont largement influencé : cultes des ancêtres, totems protecteurs, fêtes païennes...

lun. 19 mars 2018
17:00 - 19:00

L’Orient éclaté : quel bilan, quel avenir ?

Depuis les années 70 du siècle dernier, et surtout depuis la fin de la guerre froide, l’Orient a perdu sa cohésion et ses ambitions, laissant la place à un Orient déchiré, éclaté, confirmant la nécessité d’une large réforme à tous les niveaux et la nécessité d’un ou plusieurs « gendarmes » dans la région. Le bilan est certes lourd, mais pas désespéré, puisque des perspectives positives restent envisageables, tels le règlement de l’affaire palestinienne ou la création d’un marché commun régional en Orient, projet cher au cœur de Shimon Peres, prix Nobel de la paix en 1994.

lun. 09 octobre 2017
17:00 - 19:00

L’obélisque de la Concorde, témoin d’une Égypte, passion française au XIXe siècle

Dans l’antique Égypte, l’obélisque avait pour rôle de capter l’énergie divine et de disperser toutes énergies négatives. Les empereurs romains transférèrent plusieurs obélisques vers le cœur de leur empire, témoignages d’une fascination évidente qui renaît dans l’Europe du XVIIe siècle, avec un regain d’intérêt pour l’Égypte antique et les grandes découvertes archéologiques dans la vallée du Nil. Mais, depuis la campagne d’Égypte de Bonaparte et le déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion, la question de transférer un obélisque vers la France devint une affaire diplomatique et le signe d’une ère de collaboration entre la France et l’Égypte. Ainsi, l’odyssée du voyage de l’obélisque occidental de Louxor vers la France, avec des obstacles souvent insurmontables, reste le témoin vivant d’une Égypte, passion française, au cœur de la place de la Concorde à Paris !

Conférence en partenariat avec la revue Archéologia des Éditions Faton.

jeu. 05 octobre 2017
17:00 - 19:00

Pharaons de l’Égypte moderne (le culte de la personnalité en Orient) : de Méhémet Ali Pacha à Moubarak

Dans l’histoire mythique, l’Égypte, terre vénérée des anciens, fut gouvernée par les dieux, puis les demi-dieux (pharaons). Ainsi, le concept de l’homme-dieu s’ancra dans la terre et le peuple de la vallée du Nil, le culte du chef omnipotent restant au centre de la vie politique. Les temps modernes verront naître de nouveaux « pharaons » : Méhémet Ali Pacha, le khédive Ismaïl Pacha, Fouad Ier, le raïs Nasser, Sadate et Moubarak sont l’incarnation de l’antique pharaon, personnage vénéré voire divinisé. Véritable culte de la personnalité fait par et pour un peuple et une terre ?

mar. 26 septembre 2017
14:30 - 16:30

Les gendarmes de l’Orient des origines à nos jours (forces « tribales » et « supranationales ») - essai critique

De par son importance stratégique, l’Orient est, depuis l’Antiquité, une terre convoitée.
Des forces internes à cette région ont cherché à jouer le rôle du « gendarme ». Se posent donc de multiples questions. Que signifie le terme « gendarme de l’Orient » ? Ce phénomène est-il apparu au cours des deux siècles passés ou existe-t-il déjà à l’époque antique ? Quelles sont les méthodes utilisées par ces « gendarmes » et quels
sont leurs objectifs ? Qui est le véritable « gendarme de l’Orient » aujourd’hui ? Et qui sont les nouveaux et futurs acteurs ? Quel modus vivendi possible entre les divers acteurs de la « gendarmerie » en Orient ?

jeu. 21 septembre 2017
17:00 - 19:00

Le monde des Perses : les grandes dynasties

Carrefour et plaque tournante entre l’Asie et le monde méditerranéen, le plateau iranien se trouve au cœur du monde antique. Avec l’arrivée des Perses au VIIe siècle avant J.-C., cette région devint rapidement l’un des grands centres de civilisations et jouera un rôle déterminant dans le développement des rapports entre Orient et Occident et la transformation de la carte antique. Ainsi, Achéménides, Parthes et Sassanides furent les grands acteurs de l’histoire antique durant près de mille ans.

mar. 28 mars 2017
14:30 - 16:30

Grands centres monothéistes en Orient : Jérusalem et La Mecque

La notion de haut lieu est présente en Orient dès la plus haute Antiquité : lieux choisis puis vénérés, susceptibles de capter le divin et de permettre aux croyants d’entrer en contact avec lui. Dès l’apparition des religions du Livre en Orient (judaïsme, christianisme, islam), Jérusalem joua un rôle capital en tant que haut lieu du monothéisme des révélations, cité céleste et terrestre, cité sainte universelle par excellence. Mais au cœur de l’Arabie naîtra une autre cité sainte avec Abraham, puis sa descendance à travers Ismaël : La Mecque, qui deviendra le grand centre de la croyance arabe pré-islamique, puis le cœur de l’islam.

mar. 17 janvier 2017
14:30 - 16:30

Perses, Grecs, Romains, Byzantins sur les terres de l'Orient : histoire d'un face à face de puissances étrangères au cœur de l'Orient antique

Dès l’Antiquité, l’Orient fut convoité et partagé entre les empires mésopotamiens et les pharaons de la vallée du Nil. Mais depuis la naissance des empires perses en Iran antique, cette terre fut transformée en vaste théâtre de conflits, conquêtes, offensives et contre-offensives durant des siècles entre acteurs divers : Grecs, Macédoniens, Romains, Byzantins, sans oublier les États intermédiaires avec leurs roitelets, laissant cette région en grand désarroi. À l’époque moderne, l’Orient est devenu le théâtre de rivalités entre Orient et Occident.

mar. 11 octobre 2016
14:30 - 16:30

L’Iran, terre de grandes civilisations : de la Perse antique à l’avènement de l’Islam chiite – un monde à double identité

Depuis le premier millénaire avant notre ère, le plateau iranien fut un grand centre de civilisations au cœur de l’Orient, berceau de dynasties qui joueront un rôle déterminant dans le tissage de l’histoire du monde antique : Mèdes, Achéménides, Parthes et Sassanides. Guerres, conflits et conquêtes – avec quelques rares périodes de trêve – avec les autres rivaux méditerranéens (Grecs, Macédoniens, Romains et Byzantins) se succèderont au fil des siècles. Cette profonde identité perse vécut un grand tournant dans son histoire avec la conquête islamique du plateau iranien au 7e siècle de notre ère, donnant naissance à une seconde identité : l’identité musulmane chiite qui cohabitera - bon gré mal gré - avec l’identité originelle persane ! Depuis l’islamisation de ses terres, l’Iran suit la voie d’un pays à double identité. Atout ou faiblesse ?!

jeu. 16 juin 2016
17:00 - 19:00

Le voyage dans l'au-delà en Égypte antique

Le culte des morts et l’importance donnée à la sépulture sont l’une des constantes de l’Ancienne Égypte. Pour les anciens Égyptiens, l’éternité est contenue dans une nuit et un jour. Tout est révélé chaque soir, lorsque le soleil se couche, et chaque matin, lorsqu’il se lève. La nuit voit la fusion entre Osiris et Rê, fusion traduisant l’accomplissement de la renaissance du soleil et, par conséquent, la résurrection du défunt. Entre la première heure où la barque transportant le soleil pénètre dans le monde des ténèbres, et la douzième heure où apparaît le nouveau soleil poussé par le scarabée, l’âme du défunt devra franchir toute une série d’étapes. La personnalité humaine apparaît composée de quatre éléments : Khet (l’enveloppe charnelle), Chou (l’ombre) et deux éléments essentiels, le Ba (l’âme dans la pensée occidentale) et le Ka, modelé par Khnoum sur son tour en même temps que le nouveau-né. Après la mort, il se détache du corps mais aime résider dans son entourage. A toutes les époques, le tombeau sera construit de manière à faciliter au Ba comme au Ka le moyen de retrouver le corps auquel ils ont été liés.

mar. 07 juin 2016
14:30 - 16:30

Le nationalisme arabe, de Lawrence d'Arabie à Kadhafi

La question d’Orient annonçait, à la fin du XIXe siècle, la fin de la domination ottomane en Orient. Le déclin de « l’homme malade » et les convoitises des puissances colonialistes favorisèrent l’émergence des nationalismes dans cette région. Au coeur d’un Orient à la recherche d’une identité en dehors de l’emprise ottomane ou européenne, le nationalisme arabe apparut comme une alternative réalisable. Chose étonnante, l’acteur principal fut un non arabe : Lawrence d’Arabie. La fin de la Première Guerre mondiale marqua le point de départ de ce processus, alimenté par l’affaire palestinienne et la marche vers l’indépendance des pays de la région. Les conflits israélo-arabes durant tout le XXe siècle permirent au nationalisme arabe de se développer rapidement. Le nassérisme n’en est qu’une traduction concrète mais toutes les tentatives pour aller plus loin, vers une unification arabe, restèrent un rêve inachevé, voire un « mirage de l’Orient » au résultat éphémère.

mar. 10 mai 2016
14:30 - 16:30

Eretz Israël

Le pays de Canaan (la Terre Sainte pour les chrétiens) a connu durant des siècles, voire des millénaires, une histoire très mouvementée. Depuis la plus haute Antiquité, cette terre fut pour les Hébreux un foyer de coeur. De Abraham au XXe siècle, la Palestine est devenue l’horizon d’espoir d’un peuple éparpillé en diasporas, et dont le coeur va vers cette terre. De ce fait, tout juif avait deux patries : l’une provisoire et l’autre permanente : Eretz Israël (la mère, la terre d’Israël). Les siècles passent et la réalité demeure jusqu’à la fin du XIXe siècle, quand le projet de retourner vers cette terre commence à voir le jour. Il fallut des circonstances à la fois internationales et régionales spécifiques (pogroms dans l’empire russe, affaire Dreyfus, livres de Léon Pinsker et de Theodor Herzl, congrès de Bâle etc…) pour que se concrétise le retour vers la terre d’Israël. Si les phases de la création d’un état d’Israël furent étonnantes et spectaculaires, elles furent également douloureuses, ponctuée de conflits, de victimes et de larmes. Le 5 juillet 1950, la Knesset votait la loi de l’Alya, garantissant à tout juif le droit d’émigrer en Israël.

jeu. 24 mars 2016
17:00 - 19:00

La Syrie, entre grandeur et malheur

Dès l’époque antique, la Syrie fut un carrefour de civilisations et de croyances, de cultures et d’art, avec des cités-états brillantes et opulentes. Cette terre vit aussi l’éclosion du christianisme, agité de querelles christologiques qui aboutiront, au Ve siècle, au nestorianisme et au monophysisme, courants considérés comme hérétiques par l’Eglise officielle. Grâce à la circulation des idées et des marchandises d’une part, au monachisme d’autre part, l’Orient et surtout la Syrie rayonnèrent entre le IIème et le VIe siècle jusqu’à l’Occident. La Syrie byzantine, tout en étant moins brillante que la Syrie romaine, contribua au développement de la civilisation, aussi bien dans le domaine culturel qu’artistique ou scientifique. Damas deviendra bientôt le grand centre de l’islam impérial omeyyade, rayonnant sur tout le Bassin méditerranéen. Carrefour de civilisations, terre de passage, foyer de croyances, centre de rencontre de cultures et de langues : tous ces atouts portent aussi en eux les germes négatifs. Ethnies, populations, confessions, traditions, langues constituent une grande mosaïque contrastée à l’avenir incertain. Aujourd’hui, la Syrie se trouve à la croisée des chemins, face à une nouvelle phase de son destin. Quel sera son avenir, quelle sera l’issue de la guerre civile qui massacre le pays ? Nul ne le sait…

1 2 3 4