Période souhaitée

01 45 61 90 90

Nous restons à votre écoute

du lundi au jeudi entre 9h30-18h00

et le vendredi entre 9h30-17h00

    chargement
Mon compte
    chargement

Période souhaitée

content

CONFÉRENCES LIVE

Voyager, découvrir, comprendre, s'interroger, rêver… les conférenciers d'Intermedes vous proposent une expérience d'immersion culturelle à travers un programme de conférences live. Partageons ensemble notre passion pour la culture. Réservez dès maintenant votre conférence, participez en live, posez vos questions et devenez acteurs. A vos claviers !

Julien Paret, La Russie en Asie du Sud-Est : équilibre stratégique, influence politique et partenariat économique

Conférence en ligne

Le 08 novembre 2021 à 15:00

Lundi 08 Novembre à 16h00 Julien Paret, Docteur en histoire, sociétés et civilisations. Spécialiste du monde russe et soviétique. Depuis la signature en 2014 d'un accord gazier record avec la Chine, la Russie n'a de cesse de regarder vers l'Est, en particulier vers l'Asie du sud-est, à mesure que le centre stratégique du monde se déplace en direction de la zone indopacifique. Outre le Vietnam, son principal allié dans la région, le Laos, le Myanmar ou encore les Philippines ont renforcé leurs relations avec Moscou, voyant dans la puissance russe renaissante une force d'équilibre susceptible de servir d'alternative aux influences antagonistes de Washington et de Pékin.

Thierry Soulard, La guerre de Cent ans et les malheurs de la France XIVe-XVe siècle. Cycle de 5 conférences au tarif exceptionnel de 39€ (incluant les Replay)

Conférence en ligne

Le 09 novembre 2021 à 16:00

Notre conférencier Thierry Soulard vous propose un cycle exceptionnel de cinq épisodes de conférences " La Guerre de Cent ans et les malheurs de la France, XIVe-XVe siècle " (mardi et vendredi à 17h) Thierry Soulard, docteur en histoire de l’art, diplômé d’histoire et de l’Ecole du Louvre, conférencier national. Après le lumineux XIIIe siècle, la fin du Moyen Age paraît bien sombre… Cent ans de guerre ? Pas vraiment. On peut d’ailleurs considérer que depuis Guillaume le Conquérant la France et l’Angleterre étaient plus ou moins dans un état de guerre permanente ! La nouveauté, c’est qu’il s’agit d’un conflit « de haute intensité », marqué durant un peu plus d’un siècle par une série de crises, de revers et de sévères défaites - Crécy, Calais, Poitiers, Azincourt -. Mais c'est aussi un monde en pleine mutation qui va engendrer les temps modernes. Episode N°1 - Philippe VI de Valois, la surprenante défaite de Crécy, la perte de Calais, la Peste noire (Mardi 09 Novembre 2021 à 17h) Dimanche 29 mai 1328 : le nouveau roi Philippe VI est sacré à Reims. C’est le premier souverain qui ne soit pas fils de roi, il est le neveu de Philippe le Bel, le fils de Charles de Valois. Il y a pourtant deux femmes qui pouvaient prétendre à la couronne, Isabelle, fille de Philippe le Bel et reine d’Angleterre, et Jeanne, fille de Louis X et reine de Navarre. Elles ont été écartées. La source de futurs problèmes ? Pourtant les débuts du règne s’annoncent plutôt bien, mais cela ne va pas durer… Episode N°2 - Jean le Bon, le désastre de Poitiers, le démembrement de la France du traité de Brétigny (Vendredi 12 Novembre 2021 à 17h) 8 mai 1355 : Le roi Jean le Bon convoque les Etats généraux. La France va mal. La fin du règne de son père Philippe VI a été désastreuse : guerre avec l’Angleterre, avec la défaite de Crécy le 26 août 1346 suivie de la perte de Calais, la Peste noire qui sévit en France depuis 1348, l’état déplorable des finances royales… Jean a réorganisé l’armée, les corporations parisiennes décimées par la maladie, créé l’ordre militaire de l’Etoile pour stimuler les chevaliers sur les champs de bataille, et tente d’apaiser son cousin Charles de Navarre. La monnaie est dévaluée, les mécontentements s’accumulent, annonçant une fin de règne difficile… Episode N°3 - Charles V, le Roi sage, un règne fastueux qui redresse la France, l'œuvre de Du Guesclin (Mardi 16 Novembre 2021 à 17h) 31 juillet 1358 : le prévôt de marchands Etienne Marcel, qui avait soulevé les Parisiens et accueilli le roi de Navarre Charles le Mauvais, est tué. Jean le Bon est captif à Londres depuis la sévère défaire de Poitiers en 1356. Le dauphin Charles, régent du royaume, revient à Paris et commence à redresser la situation. Devenu roi à la mort de son père à Londres en 1364, Charles V va s’avérer un souverain brillant, sage et remarquable en tous points, redonnant à la France sa puissance militaire, mais aussi son rayonnement artistique et scientifique. Episode N°4 - Charles VI, le Roi fou , le temps du chaos, la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons (Vendredi 19 Novembre 2021 à 17h) 10 septembre 1419 : le duc de Bourgogne Jean sans Peur est assassiné par un membre de la suite du dauphin Charles. On est en pleine vendetta. Comment en est-on arrivé là ? Le roi Charles VI a hérité à la mort de son père en 1380 d’une situation militaire favorable, le règne a bien commencé mais depuis 1392 les crises de folie du souverain se multiplient, surtout après le Bal des ardents. Il laisse ainsi le champ libre aux intrigues de la famille royale. Son frère cadet Louis d’Orléans est assassiné en 1407 à Paris sur ordre de son cousin le duc de Bourgogne Jean sans peur. C’est le début de la guerre civile des « Armagnacs et Bourguignons ». En 1415 les Français sont écrasés par les Anglais à Azincourt. La France plonge dans le chaos… Episode N°5 - Charles VII, le dauphin de Bourges sauvé par Jeanne la Pucelle, le redressement de la France (Mardi 23 Novembre 2021 à 17h) Après l’assassinat de Jean sans Peur, la Bourgogne s’est rapprochée de l’Angleterre. Le traité de Troyes de 1420 a déshérité le dauphin Charles. A la mort de Charles VI la couronne passe au souverain anglais Henri VI (9 mois), sous la régence du duc de Bedford. Pendant ce temps, le dauphin devenu Charles VII s’est réfugié à Bourges, soutenu par le sud de la France. Alors que sa situation est difficile, l’intervention de Jeanne d’Arc en 1429 va redonner au roi et à son armée l’énergie nécessaire pour renverser la situation. La sacre de Reims donne à Charles VII la légitimité nécessaire.

Michel Olivier, cycle de philosophie : Sens et non-sens de la vie économique | Séance de suivi n°2

Conférence en ligne

Le 09 novembre 2021 à 17:30

Par Michel Olivier, philosophe, directeur de programme du CIPh et fondateur d’Intermèdes. La vie économique (toutes nos activités destinées à procurer un revenu ou un gain monétaire) a l’étrange privilège d’être à la fois l’objet de critiques virulentes et radicales, tout en demeurant un souci premier et un enjeu majeur pour une vie réussie. A l’automne 2020, nous avons exploré la notion de sens et nous avons suivi Karl Polanyi pour faire émerger notre vie économique contemporaine comme une étrangeté, une exception dans l’histoire de l’humanité, qui soulève une difficulté anthropologique profonde et mal interprétée par la science économique elle-même. Au printemps 2021, nous avions suivi Louis Dumont et Michel Foucault pour faire apparaitre l'économie comme expression d'une exceptionnalité bien plus vaste dont elle n'est pas la cause : l'individualisme, fondateur de la modernité mais enraciné dans la tradition chrétienne. L'économie est alors apparue comme "portant le chapeau" un peu facilement des tensions qui traversent cette modernité. Elle n'en demeure pas moins un mode de régulation sociale et un champ de vie aux enjeux fondamentaux, mais éminemment difficile à saisir dans sa vérité. Cette "saison", après un résumé assez appuyé de ce qui précède, nous proposons une lecture de l'œuvre de Georg Simmel pour une première approche de la question : qu'est-ce que la vie économique ? Comment la saisir non pas dans sa modélisation scientifique, mais telle que nous l'éprouvons, telle que nous la vivons ? Retrouvez la suite des séances de ce cycle de philosophie : - Séance 3 : 07 décembre 2021 à 18h30 - Séance 4 : 04 janvier 2022 à 18h30

Laurent Abry, Quand Rembrandt se rêvait en Rubens

Conférence en ligne

Le 15 novembre 2021 à 15:00

Lundi 15 Novembre à 16h00 Laurent Abry, diplômé d'histoire et d'archéologie, conférencier national. Rembrandt, le prince des peintres aurait voulu devenir le peintre des princes à l’image d’un Rubens. Une génération sépare les deux peintres. Catholique, Pierre Paul Rubens naît à Siegen en 1577 et meurt à Anvers en 1640 ; calviniste, Rembrandt Harmenszoon Van Rijn a vu le jour à Leyde en 1606 et est mort en 1669 à Amsterdam. S’ils vivent à peu près à la même époque, ils ne sont pas issus du même monde. Grand bourgeois et échevin le père de Rubens a failli perdre la tête parce qu’il avait couché avec la femme de Guillaume d’Orange. Huitième et avant-dernier enfant d’une famille de meuniers, Rembrandt tentera de se rapprocher des cercles de pouvoir orangistes, sera marqué par Huygens, le puissant secrétaire des princes, et deviendra même très riche, mais sombrera finalement dans la misère. Rubens est cosmopolite, voyageur aux dons multiples et variés. Le modèle est imposant, mais Rembrandt connaît sa propre valeur, et surtout sa force de concentration. Il ne voyagera pas et se consacrera à sa peinture chez lui. Il se voit en Rubens, il s’habille comme lui, et, dans son petit monde, il veut briller comme Rubens avait brillé dans le grand. Ce jeu de vies parallèles et divergentes sera au cœur de cette conférence.

Martine Desfontaines, Présentation de l'exposition "La collection Morozov. Icônes de l'art moderne"

Conférence en ligne

Le 22 novembre 2021 à 15:00

Lundi 22 Novembre à 16h00 Martine Desfontaines, docteur en histoire de l'art, diplômée de l'École du Louvre. A la fin du XIXe siècle et début du XXe, les frères Morozov, hommes d’affaires russes, rassemblent une des plus belles collections d’art de leur époque. Avec passion et sans œillères, ils installent dans leurs hôtels particuliers de Moscou des œuvres aujourd’hui inestimables. Monet, Cézanne, Van Gogh, Gauguin, Picasso, Matisse et bien d’autres encore sont le répertoire fascinant d’artistes passés à la postérité. Ces collections après la révolution russe ont bien failli disparaître. Aujourd’hui rassemblées en un même lieu, elles offrent à l’amateur une visite hors du commun. Pour vous préparer à cette visite, Martine Thouvenin-Desfontaines vous conte la fabuleuse histoire des frères Morozov et de leurs collections.

Michel Olivier, cycle de philosophie : Sens et non-sens de la vie économique | Séance de suivi n°3

Conférence en ligne

Le 07 décembre 2021 à 17:30

Par Michel Olivier, philosophe, directeur de programme du CIPh et fondateur d’Intermèdes. La vie économique (toutes nos activités destinées à procurer un revenu ou un gain monétaire) a l’étrange privilège d’être à la fois l’objet de critiques virulentes et radicales, tout en demeurant un souci premier et un enjeu majeur pour une vie réussie. A l’automne 2020, nous avons exploré la notion de sens et nous avons suivi Karl Polanyi pour faire émerger notre vie économique contemporaine comme une étrangeté, une exception dans l’histoire de l’humanité, qui soulève une difficulté anthropologique profonde et mal interprétée par la science économique elle-même. Au printemps 2021, nous avions suivi Louis Dumont et Michel Foucault pour faire apparaitre l'économie comme expression d'une exceptionnalité bien plus vaste dont elle n'est pas la cause : l'individualisme, fondateur de la modernité mais enraciné dans la tradition chrétienne. L'économie est alors apparue comme "portant le chapeau" un peu facilement des tensions qui traversent cette modernité. Elle n'en demeure pas moins un mode de régulation sociale et un champ de vie aux enjeux fondamentaux, mais éminemment difficile à saisir dans sa vérité. Cette "saison", après un résumé assez appuyé de ce qui précède, nous proposons une lecture de l'œuvre de Georg Simmel pour une première approche de la question : qu'est-ce que la vie économique ? Comment la saisir non pas dans sa modélisation scientifique, mais telle que nous l'éprouvons, telle que nous la vivons ?

Anne Jouveau | Le New York de Woody Allen

Conférence en ligne

Le 08 décembre 2021 à 15:00

Mercredi 08 Décembre 2021 à 16h00 Anne Jouveau, Guide-conférencière nationale, diplômée d'histoire et en sciences de patrimoine « Quelques notes de jazz, des images soignées, un long travelling et nous voilà dans le New York de Woody Allen. De Annie Hall à Jours de pluie à New York en passant par Manhattan, le réalisateur nous fait partager son amour pour sa ville. Un amour inconditionnel et entier qui nous offre l’occasion de faire une promenade en suivant ses pas dans cette ville magnifiée, du queensboro bridge à Greenwich village. »

Blandine Gautier, Aux Origines de la culture Andine

Conférence en ligne

Le 13 décembre 2021 à 15:00

Lundi 13 Décembre 2021 à 16h00 Blandine Gautier, diplômée des hautes études en sciences sociales (EHESS), titulaire d'un DEA en anthropologie sociale. Spécialiste des civilisations pré-colombiennes. Si le peuplement du Pérou remonte au moins à 12 000 ans av. J.-C, on a longtemps pensé que l’apparition des premiers centres à caractères résidentiels et cérémoniels étaient datés aux alentours de -1800 av. J.-C. Cependant, en 1994, l’archéologue péruvienne Ruth Sady découvre le site de Caral composé d’un ensemble spectaculaire de pyramides tronquées disposées autour d’une grande place cérémonielle. Rien de surprenant en soit, si ce n’est que le site est daté de 3000 ans avant notre ère, ce qui vient littéralement bouleverser les connaissances sur la chronologie des sites andins. Depuis les fouilles se succèdent et peu à peu c’est tout un ensemble d’autres centres cérémoniels (19 à ce jour) plus ou moins inféodés à Caral, qui sont exhumés des sables du désert. Que sait-on aujourd’hui de ces sites et des personnes qui les ont construits ? Caral est-il vraiment, comme le soutient Ruth Shady, une cité pacifique à l’origine de la civilisation andine ? La discussion est toujours d‘actualité…

Michel Olivier, cycle de philosophie : Sens et non-sens de la vie économique | Séance de suivi n°4

Conférence en ligne

Le 04 janvier 2022 à 17:30

Par Michel Olivier, philosophe, directeur de programme du CIPh et fondateur d’Intermèdes. La vie économique (toutes nos activités destinées à procurer un revenu ou un gain monétaire) a l’étrange privilège d’être à la fois l’objet de critiques virulentes et radicales, tout en demeurant un souci premier et un enjeu majeur pour une vie réussie. A l’automne 2020, nous avons exploré la notion de sens et nous avons suivi Karl Polanyi pour faire émerger notre vie économique contemporaine comme une étrangeté, une exception dans l’histoire de l’humanité, qui soulève une difficulté anthropologique profonde et mal interprétée par la science économique elle-même. Au printemps 2021, nous avions suivi Louis Dumont et Michel Foucault pour faire apparaitre l'économie comme expression d'une exceptionnalité bien plus vaste dont elle n'est pas la cause : l'individualisme, fondateur de la modernité mais enraciné dans la tradition chrétienne. L'économie est alors apparue comme "portant le chapeau" un peu facilement des tensions qui traversent cette modernité. Elle n'en demeure pas moins un mode de régulation sociale et un champ de vie aux enjeux fondamentaux, mais éminemment difficile à saisir dans sa vérité. Cette "saison", après un résumé assez appuyé de ce qui précède, nous proposons une lecture de l'œuvre de Georg Simmel pour une première approche de la question : qu'est-ce que la vie économique ? Comment la saisir non pas dans sa modélisation scientifique, mais telle que nous l'éprouvons, telle que nous la vivons ?

Service clients

01 45 61 90 90info@intermedes.com

Contacts

Par téléphone :
01 45 61 90 90

> Via notre formulaire> Consultez nos FAQ

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester informé et recevoir nos offres en avant-première.

OK

Brochures 2021

Découvrez nos brochures gratuites pour suivre l’actualité de toutes nos marques (sans engagement).

Suivez-nous !

Pour suivre l’actualité d’Intermèdes retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :

instagram
facebook
youtube
twitter
Mentions légales | Crédits | Plan du site |
© Copyright Intermèdes 2021