Rome, haut lieu de l'histoire universelle

Rome - Italie ©iStock
Forum romain, Rome - Italie ©Thinkstock
Villa Adriana, Trivoli - Italie ©Intermedes
Musées du Vatican, Rome - Italie ©iStock

Séjour

De l'Antiquité au Baroque, entre art sacré et art profane

Certaines informations de ce voyage sont en cours de finalisation

Vous pouvez demander à recevoir un message automatiquement lorsque les informations manquantes seront complétées sur le site.

Haut lieu de l’histoire universelle d’Occident et d’Orient, Rome, centre du pouvoir depuis sa fondation étrusque, mémoire spirituelle de la chrétienté, est tout à la fois un mythe, un musée et une ville vivante.
Qu’ils remontent aux Tarquins, à César ou à Néron, qu’ils témoignent de la puissance des papes de la Renaissance ou de la splendeur du baroque, qu’ils fussent signés Raphaël, Michel-Ange, Caravage ou Bernin, les documents des fastes romains ont un charme inépuisable.
Puisant dans ce prodigieux patrimoine monumental et artistique, les journées de visite ont été conçues autant sur des critères topographiques que thématiques, pour permettre de plonger au cœur des sources latines de la culture européenne.
Autant de jours pour lire et relire ce fantastique héritage d’un Empire qui allait des confins de la Grande-Bretagne aux rives de l’Euphrate, et de la métropole spirituelle de l’église d’Occident.
De l’énigmatique naissance de Rome à la complexe Antiquité tardive, sur laquelle s’articulent les débuts de l’art chrétien ; des papes, grands mécènes de la Renaissance et de l’austère Contre-Réforme, au baroque triomphant ; vous découvrirez les sites qui ont forgé les mythes de la "Ville éternelle".

Avec Georges Gensane, professeur honoraire en lettres et histoire classiques à l'université de Perpignan et professeur à l'université de Beyrouth.

Voyage en partenariat avec les Éditions Faton. À découvrir notamment Dossiers d'Archéologie n° 377 - Rome. La ville éternelle révèle de nouveaux secrets ; Dossiers d'Archéologie n° 359 - Trophées romains et colone trajane ; Dossiers d'Archéologie n° 352 - La gloire des empereurs romains ; Archéologia n° 544 - Les forums romains en Gaule.

Points forts

  • les basiliques Saint-Jean-de-Latran et Sainte-Marie-Majeure ;
  • la villa Adriana à Tivoli ;
  • le musée étrusque de la villa Giulia.

Itinéraire

Carte non contractuelle

Programme

1 Vol Paris / Rome, San Clemente

Vol Paris / Rome dans la matinée. A l'arrivée, transfert en autocar à l'hôtel pour déposer les bagages.
Déjeuner libre.

Notre séjour débutera dans la vallée du Colisée, où nous découvrirons l’église Saint-Clément, palimpseste de l’histoire urbaine, véritable radioscopie du sol romain et édifiante introduction à la visite de Rome. Ancien "Titulus Clementis" en vis-à-vis d’un Mithraeum, il s'agit du premier sanctuaire chrétien dans un bâtiment public du Ier siècle ; il fut également une basilique au VIIIe siècle, qui fut ensuite remontée au XIIe siècle. Les mosaïques qu'il recèle témoignent d’une ampleur de pensée unique.
Dîner et nuit à l'hôtel.

2 Rome centre du pouvoir

(Le matin, transfert en autocar au Palatin et journée de visite sous forme de promenade à pied)
Ce matin, nous découvrirons le Forum. Centre géographique des villages primitifs, les saeptimontes, il devint sous l’impulsion étrusque le cœur de la vie politique et également le symbole de l’unité religieuse.
Puis, au-delà de la basilique de Maxence et Constantin et de l’arc de Titus, nous monterons sur le Palatin, le berceau de Rome. C’est là que naquit la Rome Quadrata de Romulus, devenue à partir d’Auguste le lieu de résidence des empereurs.
L’église Saint-Cosme-et-Saint-Damien, ancienne bibliothèque du Forum de Vespasien, conserve une extraordinaire mosaïque paléochrétienne sur son abside.
Déjeuner au restaurant.

L'après-midi, nous gagnerons les forums impériaux qui, à partir de César, surgissent au nord du Forum républicain, au pied du Quirinal : César d’abord donc, puis Auguste, Vespasien, Domitien et Nerva et enfin Trajan, dont la superbe colonne exalte sur ses tambours les victoires de l’empereur sur les Daces.
Puis, une promenade nous conduira dans le quartier du Champ de Mars. Cette boucle du Tibre offre un décor de fontaines, d’églises, de palais baroques, de vieux immeubles aux façades ocre, patinées par le temps.
Nous atteindrons ainsi la piazza Navona. Dessinée à l'emplacement du stade de Domitien, elle constitue l'un des paysages urbains les plus typiques de la Rome des papes, une fête pour les yeux, avec l’audacieuse fontaine des Quatre-Fleuves du Bernin ou encore l'église Sainte Agnese in Agone (vue extérieure) de Borromini.
Après avoir vu dans l'église San Agostino la Madone des pèlerins, chef-d’œuvre du Caravage, nous retrouverons ce dernier dans l'église Saint-Louis-des-Français où il a peint trois œuvres majeures : La Vocation de saint Matthieu, dont la remarquable mise en scène est renforcée par un jeu exceptionnel d’ombres et de lumières, saint Matthieu et l’Ange et le Martyre de saint Matthieu.
Après avoir contemplé le Panthéon, nos pas nous conduiront à l'église Santa Maria Sopra Minerva. Eglise dominicaine édifiée sur un temple romain, unique église gothique de Rome, elle abrite notamment les fresques de Filipino Lippi illustrant la vie de saint Thomas d’Aquin.
Nous atteindrons enfin la piazza San Ignazio, plantée comme un vrai décor de théâtre que domine l'imposante façade de style Contre-Réforme de l’église jésuite San Ignazio. La composition picturale de la voûte, œuvre du théoricien de la perspective le frère jésuite Andrea Pozzo, représente l’aboutissement suprême de la conception théâtrale baroque.
Dîner libre et nuit à l'hôtel.

3 La villa Adriana à Tivoli et les catacombes

(Journée d'excursion en autocar et visite sous forme de promenade à pied)
Ce matin, nous quitterons Rome pour nous rendre à Tivoli afin d'y découvrir la villa Adriana, résidence impériale à la mesure de son commanditaire qui s'étire dans un décor admirable de campagne romaine, idyllique et d’une rare élégance.
Cette villa a pu être considérée comme un album de voyage ; comme si le grand voyageur qu’était Hadrien avait voulu pérenniser les fugaces et éphémères souvenirs de ses périples en Méditerranée orientale. Il faut se convaincre aujourd’hui que cette explication facile rend insuffisamment compte de la complexité d’un personnage énigmatique, que le génie de Marguerite Yourcenar a su approcher dans ses célèbres mémoires.
Déjeuner au restaurant.

L'après-midi, en regagnant Rome, nous emprunterons la Via Appia, la plus célèbre des voies romaines et la mieux conservée. Cordon ombilical vers la Campanie et l’Orient par le port de Brindisi, elle est bordée sans interruption, sur des dizaines de kilomètres, par des sépultures tel le tombeau de Cécilia Metella (vue extérieure). Le pavage antique est conservé au milieu d'un paysage à l'atmosphère singulièrement intense, que renforce la présence de nombreuses catacombes. Au sens générique, la catacombe est une nécropole logée dans une petite combe, "kata cumbas". Ramifiée à partir d’un hypogée initial, elle appartient le plus souvent à quelque famille païenne qui a accepté ultérieurement de recevoir des sépultures chrétiennes. A partir de ces cellules-mères, un réseau de galeries s’est développé, véritable cimetière grâce aux alvéoles, "loculi" ou "arcosolium", excavés dans le tuf des parois. Contrairement à une idée reçue, les catacombes n’ont jamais servi de refuge aux chrétiens durant les persécutions ni de lieux de réunion. Ce sont des cimetières dans lesquels on venait honorer les défunts et la mémoire d’illustres martyrs.
L’art chrétien primitif s’est exprimé dans le dédale obscur des nécropoles ; il a spiritualisé la signification de motifs hérités de l’art païen, en leur prêtant une nouvelle valeur symbolique.
Dîner libre et nuit à l'hôtel.

4 Les musées du Vatican, la basilique Saint-Pierre et le château Saint-Ange

(Principaux transferts en autocar et visite sous forme de promenade à pied)
La matinée sera dédiée à la découverte, au travers de quelques œuvres phares, des fastueux musées du Vatican, comprenant notamment les chambres de Raphaël et, bien sûr, la chapelle Sixtine. Il s'agit d'un véritable joyau de la Renaissance où les plus grands artistes du Quattrocento et Michel-Ange sont parvenus à unir à l’imposante simplicité de l’espace architectural, les évocations bibliques et évangéliques les plus profondes, jusqu’au tragique et apocalyptique Jugement Dernier.
Puis, nous nous rendrons sur la place Saint-Pierre, atrium en mouvement où Le Bernin substitue la courbe à la traditionnelle ligne droite. Nous découvrirons la basilique Saint-Pierre, fabuleux reliquaire de l’histoire du monde chrétien.
Déjeuner au restaurant.

L'après-midi, nous visiterons le château Saint-Ange situé sur les bords du Tibre. Mausolée d’Hadrien, puis place forte et enfin refuge papal, ce bastion avancé de la muraille aurélienne connut tous les tourments de l’histoire de Rome : démantelé, restauré, fortifié par les papes qui en firent tantôt un lieu de retranchement, tantôt une prison qui accueillit des détenus célèbres, tel Cellini. Nous verrons également la loggia de Jules II dessinée par Bramante, l'appartement de Paul III richement décoré de stucs maniéristes, ainsi que la terrasse supérieure qui offre un superbe panorama pour admirer le coucher de soleil sur l’Urbs.
Dîner libre et nuit à l'hôtel.

5 Le Trastevere et le centre historique baroque

(Le matin, transfert en autocar dans le Trastevere puis journée de visite sous forme de promenade à pied)
Ce matin, nous irons au-delà de l’île Tibérine et du plus vieux pont de Rome, le pont Fabricius, afin de découvrir le vieux quartier du Trastevere, à l’atmosphère populaire et colorée.
Au gré d’une pittoresque promenade, nous verrons l'église San Francesco a Ripa, qui abrite La bienheureuse Louise Albertoni du Bernin, et dont la composition scénique ainsi que l’exécution d’une virtuosité éblouissante font penser à son chef d’œuvre, Sainte Thérèse de Notre-Dame de la Victoire.
Puis, nous visiterons l’église Santa Maria in Trastevere, premier édifice chrétien ouvert au culte par le pape Calliste suivant la tradition vers 220-225. Nous découvrirons ensuite la Farnesina située le long du Tibre. Ce parfait exemple des villas de campagne de la Renaissance fut construit pour le célèbre banquier Chigi, qui le fit décorer par les plus grands peintres de son temps : Raphaël d’abord, auteur de la magnifique fresque de Galatée ou encore de l'extraordinaire mythe de Psyché sur la voûte de la galerie, et également Sebastiano del Piombo qui a peint le Polyphème, et enfin Sodoma qui, dans la chambre à coucher, propose l'une de ses principales œuvres : Les Noces d’Alexandre et de Roxane, scène pleine tout à la fois de sensualité et de douceur.
Déjeuner au restaurant.

L'après-midi, après avoir traversé le Campo dei Fiori, nous pourrons admirer le palais Farnèse (vue extérieure), construit par la puissante famille, siège de l’ambassade de France. Nous verrons également le palais de la Chancellerie, le palais Spada et le Largo Argentina, avec ses quatre temples républicains. Puis, nous passerons par la piazza Venezia pour gagner la place du Capitole, l'une des plus belles conceptions de Michel-Ange, dont l’axe de gravitation est bien la statue en bronze de l’empereur Marc Aurèle. Sur la place se dressent le palais Nuovo et le palais des Conservateurs qui abritent les plus anciens musées du monde, les fameux musées Capitolins.
Dîner libre et nuit à l'hôtel.

6 Ostie antique et Saint-Jean-de-Latran

(Excursion et principaux transferts en autocar, journée de visite sous forme de promenade à pied)
Port de Rome, sur le rivage du Tibre, où Virgile imagine le débarquement d’Enée, d’abord castrum, l'arsenal d'Ostie devint sous l’Empire un grand centre d’échanges où les compagnies de navigation (navicularii) et de commerce (negotiantes) avaient établi leur comptoir. Grande ville animée, au quadrillage quasi parfait, de nombreux vestiges sont emblématiques de sa richesse ; tels les différents thermes avec leurs magnifiques mosaïques, le théâtre, la maison de Diane représentative de ces "insulae", véritables ensembles modernes, dont il fallut limiter la hauteur à vingt mètres.
Déjeuner au restaurant.

L'après-midi, revenus à Rome, nous découvrirons le baptistère et la basilique Saint-Jean-de-Latran, cathédrale de Rome et du Monde. Si à Saint-Pierre, le pape est souverain pontife, à Saint-Jean, il est évêque de Rome. L’histoire complexe, et parfois dramatique, de la basilique en a fait une véritable encyclopédie d’époques et de styles.
A proximité, face au palais du Latran, résidence des papes jusqu’à leur départ pour Avignon, l’édifice de la Scala Santa du Quintecento sert de reliquaire à la "Scala Sanctorum", le Saint Escalier que Jésus aurait gravi dans le palais de Pilate. Sur l’autel est exposée dans une parure d’orfèvrerie, l’icône dite "achiropoieta", "non faite de main d’homme", donc peinte par les Anges du Rédempteur.
Dîner libre et nuit à l'hôtel.

7 La galerie Borghèse, le musée de la villa Giulia et les abords de la piazza di Spagna

(Principaux transferts en autocar et journée de visite sous forme de promenade à pied)
Ce matin, nous gagnerons un magnifique palais construit pour le cardinal Scipion Borghèse, neveu du puissant pape Paul III, où est conservée la galerie Borghèse, une extraordinaire collection privée, initiée par Scipion, continuée par ses successeurs en dépit du le legs obligé de Camille à Napoléon, et gérée depuis 1902 par l’Etat italien.
Nous y contemplerons des miracles plastiques comme Pauline Borghèse, sculpture raffinée et gracieuse de Canova, d'innombrables œuvres du Bernin, des tableaux des plus grands maîtres du Cinquecento que prisait particulièrement le cardinal, tels Raphaël, Dürer, Lucas Cranach, Lorenzo Lotto. Une salle entière enfin est consacrée au Caravage dont le cardinal, plus lucide que ses contemporains, avait su déceler le talent.
Puis, nous marquerons un arrêt à l'église Santa Maria del Popolo, située au pied du Pincio, pour contempler deux très célèbres tableaux du Caravage : La Conversion de saint Paul et La Crucifixion de saint Pierre, « d’un naturalisme implacable qui exclut tout appel au sublime ».
Déjeuner au restaurant.

Une promenade nous mènera cet après-midi sur la piazza di Spagna, au pied de la Trinité des Monts (vue extérieure) et de son escalier tout en rampes et paliers sinueux ; puis dans les rues voisines dédiées au commerce de luxe, jusqu'à la fontaine de Trevi, chant du cygne baroque, étape traditionnelle et obligée, dont on sait ce qu’il convient d'y faire une halte pour être assuré de revoir la "Ville éternelle".
Enfin, toujours dans le grand parc Borghèse, nous découvrirons le musée national étrusque de la villa Giulia.
Admirablement présentées dans la villa que le pape Jules III se fit construire au milieu du "cinquecento", ces collections étrusques sont devenues un passage incontournable pour qui souhaite aborder cette fantastique mais tout aussi énigmatique et mystérieuse civilisation à laquelle Rome et l’Occident entier doivent tout.
La complexité de l’art étrusque fascine, aussi bien concret qu’abstrait, réaliste et symbolique, conservateur jusqu’à l’archaïsme mais novateur jusqu’à l’audace formelle, profondément religieux et dominé par un souffle oriental mais toujours pénétré d’hellénisme.
Dîner libre et nuit à l'hôtel.

8 De l'Esquilin à l'Aventin, le Colisée, la Domus Aurea et les thermes de Caracalla

(Principaux transferts en autocar et journée de visite sous forme de promenade à pied)
Ce matin, nous visiterons l'église San Pietro in Vincoli ; conçue au VIe siècle pour recevoir les chaînes de la prison de Pierre, elle abrite aujourd'hui une partie de la sépulture grandiose que Michel-Ange avait projetée pour Jules II, et parmi les quarante statues imaginées, l'extraordinaire Moïse dans laquelle se lisent l'ardent expressionnisme de l'artiste, sa hantise d'une grandeur surhumaine et sa prodigieuse science plastique.
Puis, nous gagnerons le Colisée, le plus grand, le plus beau, le plus célèbre des amphithéâtres romains, construit près du Colosse de la Domus Aurea de Néron. Superbe réussite technique et symbole de la passion des Romains pour des spectacles mettant en scène des animaux sauvages puis les fabuleux gladiateurs.
Déjeuner au restaurant.

L'après-midi, nous gagnerons la Domus aurea dont on admire encore aujourd'hui un complexe de salles et galerie. Il s'agit d'un reste infime, mais néanmoins édifiant, de la fastueuse construction de Néron, dont le luxe et la splendeur des marbres lui avaient valu le surnom de "Aurea".
Puis, nous visiterons les thermes de Caracalla, avant de gagner le Circus Maximus, le plus grand cirque du monde qui pouvait accueillir plus de 250 000 spectateurs, et la piazza Bocca della Verità, sur laquelle se dresse l'église Santa Maria in Cosmedin. Bâtie sur les ruines d'une "statio annonae", avec son beau campanile, l'église est fameuse pour son énigmatique "Bocca della Verità", qui est censée sanctionner les menteurs, et pour sa "schola cantorum" remarquable.
Ensuite, après avoir aperçu le temple de Portumnus, datant du IIe siècle après Jésus-Christ, et le temple Rond, probablement consacré à Hercule, vainqueur ici même du brigand Cacus, nous monterons sur l'Aventin, pauvre colline républicaine, mais riche et aristocratique sous l'Empire. Nous pourrons y voir l'église Sainte-Sabine, basilique la plus représentative de la spontanéité, de la fraîcheur du christianisme des premiers temps, jubilant de sa toute nouvelle liberté, un hymne authentique de bonheur et de certitudes, avec sa magnifique porte en dix-huit panneaux de cyprès sculptés du Ve siècle et ses colonnes corinthiennes en marbres.
Enfin, nous verrons l'église du Gesù, emblématique du style dit "jésuite" de la Contre-Réforme, et dont l'influence sera décisive, avec dans son transept le très bel autel dédié à saint Ignace.
Dîner libre et nuit à l'hôtel.

9 Autour de la piazza della Repubblica, Sainte-Marie-Majeure et retour à Paris

(Matinée de visite sous forme de promenade à pied)
Ce matin, nous découvrirons les abords de la piazza della Repubblica, qui n’est autre que le contour du grand exèdre des thermes de Dioclétien, les plus vastes du monde, dont l'antique tepidarium a été transformé par Michel-Ange afin de donner naissance à l'église Sainte-Marie-des-Anges.
Nous visiterons le Palazzo Massimo, dont la récente muséographie initie un parcours thématique intelligent de l’histoire de Rome, au travers d’œuvres essentiellement plastiques, de la république à l’Empire.
Nous découvrirons ensuite l'église Santa Maria delle Vittoria, où se révèle l'extraordinaire pompe théâtrale d'un chef-d’œuvre du Bernin, Sainte Thérèse et l’Ange, audacieuse transposition plastique des écrits de la sainte sur sa "transverbération".
Déjeuner libre.

L'après-midi, en route pour l'aéroport, nous ferons une dernière découverte, la basilique Sainte-Marie-Majeure.
En l’an 352, la neige tomba sur l’Esquilin, en plein été, le 5 août. La veille, la Vierge était apparue au pape Libère, lui demandant d’élever une église sur le lieu que la neige avait recouvert. D’abord basilique du pape Libère (352), puis après le concile d’Ephèse (431), consacrée à Marie Mère de Dieu, Théotokos, elle fut agrandie et remaniée, tout en conservant son campanile roman alors que sa façade baroque cache un intérieur grandiose et noble, caractéristique des grandes basiliques paléochrétiennes. Les mosaïques de la nef, représentant des scènes de l’Ancien Testament, sont exceptionnelles et la chapelle Pauline, ou Borghèse, est d’une richesse de décoration stupéfiante.
Transfert à l'aéroport. Vol pour Paris dans la soirée.

Le programme proposé est susceptible de connaître de légères modifications en fonction des changements de jours et heures d'ouverture des sites ou de modification des horaires des vols domestiques. Si tel était le cas, tout serait mis en œuvre pour limiter cela à des modifications dans l'ordre des visites, ou, éventuellement, vous proposer des prestations de remplacement de qualité équivalente.

Hôtels

ROME - Quirinale 4★

Cet hôtel élégant, occupant un immeuble datant de la fin du XIXe siècle et doté d'un charmant jardin et d'un restaurant, dispose de chambres au décor classique de style impérial, équipées de tout le confort moderne : télévision à écran plat, mini-bar, coffre-fort, etc.

http://www.hotelquirinale.it/

Si l'hôtellerie mentionnée devait être changée, elle le serait pour une hôtellerie de catégorie similaire.

Détails du prix

Ce programme comprend :

  • les vols réguliers ;
  • les taxes d'aéroport ;
  • l'hébergement en hôtel 4* avec les petits-déjeuners ;
  • la demi-pension, soit huit repas au restaurant ou à l'hôtel, hors boissons ;
  • les transferts en autocar privé de l'aéroport à l'hôtel et retour et certains trajets comme mentionnés au programme ;
  • l'accompagnement culturel d'un conférencier Intermèdes ;
  • les entrées dans les sites mentionnés au programme ;
  • un audiophone par personne pour une meilleure écoute des commentaires de votre conférencier ;
  • la taxe de séjour obligatoire ;
  • l'assurance assistance rapatriement.

Ce programme ne comprend pas :

  • les repas mentionnés "libres" ;
  • les boissons :
  • les pourboires usuels ;
  • les dépenses d'ordre personnel ;
  • le port des bagages ;
  • l'assurance optionnelle annulation, bagages et interruption de séjour.

Informations pratiques

Italie

Formalités pour les ressortissants français : une carte d'identité (ou passeport) en cours de validité est nécessaire.
Si votre carte d'identité a été délivrée entre janvier 2004 et décembre 2013, sa durée de validité, pour les autorités françaises, a été prolongée automatiquement de 5 ans, mais la date de validité inscrite sur le titre ne sera pas modifiée.
Toutefois, les autorités de certains pays ne reconnaissent pas cette extension de validité. De ce fait, si la date mentionnée sur votre carte d'identité est expirée, nous vous recommandons de voyager avec un passeport en cours de validité.

Les non-ressortissants français ou bi-nationaux sont invités à consulter les autorités consulaires afin de vérifier les formalités exigées : consulat d'Italie 5 boulevard Emile Augier 75016 Paris - Tel. : 01.45.20.78.22. http://www.consparigi.esteri.it

Pour tout mineur ne voyageant pas avec ses parents ou voyageant avec un seul de ses parents, une nouvelle réglementation astreint à des formalités particulières publiées sur le site https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1922. Dans tous les cas de figure, nous vous recommandons d'emporter une copie du livret de famille et lorsque l'enfant ne voyage pas avec ses deux parents une autorisation du deuxième parent. Pour plus de précisions consultez notre Service Clients.

Adresses utiles :
- Office national du tourisme italien 23 rue de la Paix 75002 Paris - Tel. 01.42.66.03.96/01.42.66.66.68 ;
- Institut culturel italien 50 rue de Varenne 75007 Paris - Tel. : 01.44.39.49.39.

Change : l'Italie fait partie de la zone euro. Comme en France la monnaie est donc l'Euro.

Electricité : les prises italiennes sont alimentées par du courant alternatif 220 volts et acceptent des fiches mâles à deux broches. Mais les fiches italiennes présentent différentes tailles. Par précaution, il convient de se munir d'un adaptateur. Achetez-le avant de partir car vous aurez du mal à en trouver sur place. Dans la plupart des hôtels 3* et plus, les salles de bain sont équipées de prises spéciales pour les rasoirs et sèche-cheveux ; toutefois n'oubliez pas de vérifier le voltage.

Horaires d'ouverture : banques de 08h30 à 12h45 du lundi au vendredi, magasins de 08h00 à 13h00 et de 15h30 à 19h30 du lundi au samedi.

Pourboires : au restaurant, il est d'usage de laisser un pourboire quand le service n'est pas compris. Un pourboire correspondant à 10 % de la note est considéré comme généreux. Quand un chauffeur de taxi ou un portier d'hôtel s'est montré obligeant, il suffit d'arrondir le coût aux 2 € supérieurs environ.

Santé : aucune précaution particulière. Il est préférable d'être à jour des rappels de vaccination et de se prémunir contre les moustiques. Pensez à vous procurer la carte européenne d'assurance maladie si vous deviez recevoir des soins médicaux en Europe.

Taxe de séjour : en 2007, l'Italie a décrété une taxe de séjour d'un montant maximum de 5 € par jour, applicable par les municipalités qui le souhaitent. Cette taxe est réinvestie dans les structures et services touristiques.

Téléphone : pour téléphoner depuis l'Italie vers la France, composer le 00 33, suivi des neuf chiffres du numéro de votre correspondant (sans le 0 initial).

Tenue vestimentaire : emportez des tenues d'hiver de novembre à mars, et des vêtements plus légers d'avril à octobre. Prévoyez une paire de chaussures confortables car les visites et certains déplacements dans une partie des centres historiques s'effectueront à pied. Il est toujours utile d'emporter un chapeau pour se protéger du soleil au cours des visites en extérieur. Les Italiens sont très attentifs à l'habillement et ils notent immédiatement les vêtements excentriques ou indécents. Dans les lieux de culte, un code vestimentaire strict est imposé : le torse et les épaules doivent être couverts, et les shorts et les jupes doivent descendre au-dessous du genou.

Visites : nous attirons votre attention sur le fait que les œuvres, artistes et courants artistiques cités dans nos programmes détaillés ne feront pas nécessairement l'objet d'un commentaire lors des visites des musées. Certaines œuvres peuvent également ne pas être exposées en raison de prêts ou de restauration. En fonction du temps dont vous disposerez, votre visite sera orientée sur une sélection d'œuvres.

Prévisions météorologiques

Nous vous conseillons de consulter les prévisions météorologiques la veille de votre départ soit par Internet sur le site de la chaîne météo ou de metéo France, soit par téléphone, avec le service Météo Consult, au 3264 (service payant 2,99 € l'appel + coût normal d'une communication depuis votre téléphone).

Informations voyageurs : sécurité et situation sanitaire

Pour chaque pays, le ministère des Affaires Etrangères (http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs) publie des fiches conseils aux voyageurs sur son site internet. Vous y trouverez les dernières recommandations notamment en matière de sécurité, formalités et santé.

Nous vous recommandons fortement de consulter ces sources d'information régulièrement, jusqu'à la veille de votre départ. Nous tenons également ces fiches à votre disposition sur simple demande au 01 45 61 90 90.

Bibliographie

Italie

Histoire
- Histoire de l'Italie, des origines à nos jours - P. Milza, Fayard
- Histoire de l'Italie , C.Brice, Hatier
- Les Etrusques, Dominique Briquel, Que sais-je ? PUF
- Magna Grecia. Les colonies grecques dans l'Italie antique P.G. Guzzo, Gallimard, coll. « Découvertes »
- La Grande Grèce. Histoire et archéologie - E. Greco - Hachette, coll. « Essais »
- Histoire de la Rome antique, Yann Le Bohec, Que sais-je ? PUF
- Histoire de la Rome antique: Les armes et les mots, Lucien Jerphagnon, Fayard/Pluriel
- Les empires normands d'Orient, P. Aubé, Tempus Perrin/Poche
- L'Italie au Moyen-Âge, Ve - XVe siècles - J.P. Delumau - Hachette
- La République de Venise, Champs Histoire, C. Diehl, Flammarion
- L'Italie de la Renaissance, un monde en mutation, 1378-1494, C. Bec, I Cloulas, B. Jestaz, A. Tenenti, Fayard
- La Civilisation de la Renaissance en Italie, J. Burckhardt Ed. Bartillat
- Histoire de l'Italie du XVIe au XVIIIe siècle, Collectif, Armand Colin
- Voyage dans la Rome Baroque, Patrick Barbier, Grasset
- Italies, Anthologie des voyageurs français au XVIIIe et XIXe siècles, Y.Hersant, Bouquins, Robert Laffont
- Naissance de l'Italie Contemporaine, G. Pécout, Armand Collin
- L'Italie contemporaine : De 1945 à nos jours, M. Lazar, Fayard

Art
- L'art romain, François Baratte, RMN, Petits Manuels de l'Ecole du Louvre
- L'art romain d'Auguste à Constantin, B. Andreae, Picard
- L'art italien, André Chastel, coll. Tout l'Art, Flammarion
- La peinture italienne, Carlo Pirovano, Place Des Victoires Eds
- La peinture italienne du Moyen Âge, Françoise Leroy, Que sais-je? PUF
- L'Art de la Renaissance Italienne, collectif, Ullmann
- La Renaissance dans les cours italiennes, Alison Cole, coll. Tout l'Art, Flammarion
- Renaissance italienne 1460-1500, A. Chastel, Gallimard
- Le Baroque, Victor-Lucien Tapié, Que sais-je ? PUF
- La sculpture baroque italienne - Boucher - Thames & Hudson
- Les jardins des villas italiennes, M. Agnelli, Paris, Albin Michel

Littérature
- La littérature italienne, François Livi, Christian Bec, Que sais-je ? PUF
- La Divine Comédie, Dante Alighieri, Flammarion
- Roland Furieux, L'Arioste, Gallimard
- La Locandiera. Les rustres Carlo Goldoni, Flammarion
- Les fiancés, A Manzoni, Gallimard
- Le guépard, Giuseppe Tomasi di Lampedusa, Points
- Voyage en Italie, Goethe, Bartillat
- Voyages en Italie, Stendhal, Gallimard
- Le Corricolo. Impressions de voyage à Naples, Alexandre Dumas, Desjonqueres
- Voyage du Condottiere, A.Suares, Le Livre de poche
- Les princes de Francalanza, Frederico de Roberto, Points
- Dictionnaire amoureux de l'Italie, D. Fernandez, Plon
- Naples en fête, Théâtre, musique et castrats au XVIIIe siècle Patrick Barbier, Grasset
- La vie silencieuse de Marianna Ucria, Dacia Maraini, Robert Laffont
- Venise, histoire, promenades, anthologie et dictionnaire, Delphine Gachet et Alessandro Scarsella (dir), collection Bouquins, Robert Laffont

Rome

Guides

  • Rome : Guides Bleus, Hachette Tourisme
  • Un grand week-end à Rome, Hachette Tourisme
  • Rome, Geo guide, Gallimard
  • Cartoville Rome, Gallimard
  • O. ERCOLI, D. BROTOT, Rome, Guides Voir, Hachette

Art, Histoire

  • Y.LE BOHEC, Rome, ville et capitale, Editions du temps
  • F. NIZET, 17 promenades d'architecture dans Rome, Renaissance du Livre
  • S. BAJARD, R. BENCINI, Palais et jardins de Rome, Terrail
  • SENGES, Ruines de Rome, Verticales
  • F. COARELLI, R. HANOUNE, Guide archéologique de Rome, Hachette Littératures
  • C. SCARRE, C. CANTONI, J. GAILLARD, Atlas de la Rome antique, éditions Autrement
  • D. CASALINO, V. NOE, D. ARASSE, Saint-Pierre de Rome, éditions Citadelles et Mazenod
  • M. BUSSAGLI, L'Art de Rome, éditions Mengès
  • P. GROS, Architecture romaine, vol. I et II, Picard

Editions Faton

Intermèdes et les Editions Faton, l'éditeur d'Archéologia, des Dossiers d'Archéologie, et des Dossiers de l'Art notamment, sont partenaires. Pour vous procurer les numéros qui vous intéressent, consultez le site des Editions Faton www.faton.fr ou contactez le 03 80 40 41 00.

M'alerter
Les dates de départ seront affichées prochainement.