Entre temples et montagnes, le Japon mystérieux

Chutes de Nachi - Japon ©iStock
Jardins de Kenroku-en, Kanazawa - Japon ©iStock
Château, Osaka - Japon ©iStock

Autres dates

Inscriptions
 ouvertes
 bientôt ouvertes
 sur demande
 closes
Circuit 15 jours

Du 6 octobre 2018 au 20 octobre 2018

Le Japon a un rapport à la nature très particulier. Cet archipel situé sur la ceinture de feu du Pacifique est perpétuellement rappelé à sa situation géographique par les soubresauts de la tectonique des plaques. La civilisation nippone s’est construite sur ces bases instables, constantes, complémentaires : un équilibre des forces. Dans ce pays ultra-moderne, ponctué de mégapoles, une nature impérieuse s’impose. Omniprésent même dans les villes, ce sentiment est partout : admirez ces temples de bois tokyoïtes, ces hommes d’affaire nouant des vœux dans les arbres entre deux réunions. Au Japon un dialogue millénaire s’est engagé avec une nature parfois violente, toujours prodigue. Les forêts et les volcans, les sources et les mousses, les êtres qui la peuplent communiquent... Ecoutez bruisser les cèdres de Nikko, couler les onsen d’Hakone. Etonnez-vous des fermes de Takayama ou de Matsumoto dont le nom japonais rappelle celui des mains jointes dans la prière. A travers les Alpes et les sites sacrés du Kansai, de Nara au Koya-San, de Kanazawa à Ise, c’est le Japon des éléments qui vous attend et vous impressionnera par sa richesse.

Points forts

  • le Kenroku-en qui fait partie des trois jardins les plus beaux du Japon ;
  • le sanctuaire shintoïste Ise-jingû, le plus sacré du Japon ;
  • une dégustation de fruits de mer ou de poissons pêchés par les Ama, plongeuses traditionnelles ;
  • le monastère Saiho-ji ou Kokedera et son jardin de mousse ;
  • un spectacle de Maiko ;
  • le transport en autocar pour votre confort ;
  • la demi-pension incluse.

Itinéraire

Carte non contractuelle

Programme

1 Vol Paris / Tokyo

Départ en fin d’après-midi à destination de Tokyo sur un vol régulier.
Prestations et nuit à bord.

2 Arrivée à Tokyo, entre tradition et modernité

Arrivée en fin de matinée et transfert en centre-ville.
Déjeuner libre.

Notre découverte débutera dans le quartier d’Asakusa dans lequel nous goûterons l’atmosphère de l’ancienne Edo et du Tokyo populaire. Théâtres, petits bars, maisons basses en bois… nous déambulerons à travers Nakamise et les rues adjacentes, jusqu’au temple Sensô-ji qui abrite la statue d’Asakusa Kannon, dédiée à la déesse Kannon, en passant par des portes et des échoppes. Le contraste, lorsque nous apercevrons l’immeuble Asahi, dont Philippe Starck a assuré le design, est fulgurant : la tradition rattrapée par la modernité.
Installation à l'hôtel.
Dîner. Nuit à Tokyo.

3 Nikko : le Tôshô-gu, le temple Shintô Futarasan, Tokyo

(Environ 300 km aller et retour)
Ce matin à Tokyo, nous découvrirons le parc Yoyogi et le sanctuaire Meiji Jingu, havre de paix dans le tumulte de la ville. Le sanctuaire fut achevé huit ans après la mort de l’empereur Meiji, en 1920, pour faire entrer le monarque au panthéon des divinités shintoïstes. Puis nous ferons route vers Nikko.
Déjeuner au restaurant à l'arrivée.

"Qui n’a pas vu Nikko, n’a pas le droit d’employer le mot magnifique" (proverbe japonais). Nikko, où nous découvrirons l’un des plus beaux ensembles de temples au monde, est classé au patrimoine mondial de l’humanité. Les sanctuaires et temples de Nikko, ainsi que le cadre naturel qui les entoure, constituent, depuis des siècles, un lieu sacré où se sont élevés des chefs-d'œuvre d'architecture et de décoration artistique. Ils sont étroitement liés à l'histoire des shoguns Tokugawa. Associé à la perception shintoïste des rapports avec la nature, où les montagnes et les forêts ont une charge sacrée, ce lieu est un sujet de vénération. Le Tôshô-gu est l’hommage d’un petit-fils à son grand-père, le fondateur du shogunat des Tokugawa. Cette période correspond à notre XVIIe siècle, baroque, et déploie la même emphase décorative et architecturale. Nous verrons notamment la célèbre trinité simiesque, les trois singes de la sagesse : "Ne pas écouter le mal, ne pas dire le mal, ne pas voir le mal". Puis, nous nous rendrons au temple Shintô Futarasan en empruntant la fameuse route sinueuse nommée Irohazaka.
Retour à Tokyo.
Dîner libre. Nuit à Tokyo.

4 Tokyo, Kamakura, Hakone

(Environ 115 km)
Nous nous rendrons ce matin à Kamakura. Capitale autoproclamée du premier gouvernement militaire nippon, Kamakura est blottie au sein d’un amphithéâtre naturel de collines. Durant plus de cent cinquante ans, le bhouddhisme zen rayonnera sur le Japon, transformant en profondeur le paysage religieux nippon. Elle est souvent surnommée "petite Kyoto" en raison de sa richesse patrimoniale et de la formidable continuité stylistique du site. Nous débuterons notre visite par le Grand Bouddha ou Daibutsu, chef-d’œuvre de la statuaire monumentale japonaise, en bronze, fondu vers 1252. Il atteint une hauteur de douze mètres environ et pèse près de cent vingt-quatre tonnes. C’est la représentation d’Amida le Miséricordieux. Le bâtiment qui abritait la statue aurait été détruit par un tsunami, à la fin du XVIe siècle.
Déjeuner libre.

Nous poursuivrons cet après-midi notre route vers Hakone. La région d’Hakone est cernée de montagnes, de gorges et de ravins, et possède également de nombreuses sources de cratères, les onsen. Célèbre entre toutes pour ses stations thermales, la région a développé cette tradition depuis le XVIe siècle. Une croisière sur le lac d’Ashi au cœur d'un cratère de volcan sera l'occasion d’admirer, si le temps est clair, le mythique mont Fuji, "le début du Ciel et de la Terre, pilier de la nation" qui se reflète dans l’eau.
Le sanctuaire d’Hakone, fondé au VIIIe siècle mais reconstruit au milieu du XVIIe siècle, est un superbe exemple de Torii, portique rouge érigé dans les eaux lacustres.
En fin d’après-midi, arrivée à l’hôtel.
Pour ceux qui le souhaitent, possibilité d’expérimenter les bains japonais de sources chaudes dans l'hôtel, en fin de journée.
Dîner. Nuit à Hakone.

5 Hakone, Matsumoto, Takayama

(Environ 320 km)
Le matin, en route vers Matsumoto, située au cœur des Alpes japonaises, depuis les sommets environnants nous y admirerons des paysages figurant parmi les plus beaux du Japon.
Tout d'abord, nous découvrirons le château de Matsumoto. Datant du XVIe siècle, il comporte un donjon à cinq niveaux très bien conservé et classé monument historique au patrimoine culturel national.
Déjeuner.

Cet après-midi, nous visiterons le musée des estampes japonaises qui abrite la collection de la famille Sakai accumulée au fil des générations, depuis le XIXe siècle. Le musée possède plus de cent mille pièces avec une importante collection d'estampes d'Hokusai ou d'Hiroshige. Nous terminerons cette journée par une promenade dans le quartier Naka machi avec ses maisons aux façades noires et blanches datant de l'ère Meji.
Nous poursuivrons notre route vers Takayama.
Dîner libre. Nuit à Takayama.

6 Takayama, Kanazawa

(Environ 120 km)
Nous visiterons ce matin Takayama avec ses ruelles traditionnelles et ses maisons en bois datant pour certaines du XVIIe siècle. Nous les découvrirons au gré d'une promenade dans le quartier de Sanmachi-suji.
Déjeuner.

Cet après-midi, nous partirons vers le village historique de Shirakawa-gō, inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1995. Il rassemble cent dix grandes maisons et fermes de style gassho, aux toits de chaume à double pente très accentuée, qui sont uniques au Japon. Elles étaient conçues pour affronter des hivers rigoureux et résister aux importantes chutes de neige.
En fin de journée, départ vers Kanazawa.
Dîner libre. Nuit à Kanazawa.

7 Kanazawa

Ce matin, nous visiterons la maison Nomura. Les Nomura furent des membres importants du gouvernement Maeda durant plusieurs générations. Leur résidence allie délicatesse de la décoration et recherche de l'harmonie. Elle illustre le raffinement esthétique de la classe guerrière au Japon, apparent paradoxe pour un Occidental.
Nous découvrirons ensuite le Kenroku-en qui fait partie des trois jardins les plus beaux du Japon et réunit les six éléments requis pour faire un jardin réussi : l’étendue, la solennité, la "vénérabilité", la conscience, la fraîcheur et l’abondance des eaux. Ses origines remontent à la volonté du cinquième seigneur Maeda d'installer sa villégiature sur une colline, face au château, au milieu du XVIIe siècle. Il s'est ensuite développé au fil des générations successives.
Déjeuner.

Nous irons cet après-midi à la découverte du quartier historique de Higashi chaya, classé au patrimoine culturel du Japon. Higashi signifie "Est" en japonais et Chaya désigne les traditionnelles maisons de thé nippones dans lesquelles les geïshas s'exerçaient à toutes les palettes de leur art afin de distraire la haute société de l'ère Edo. Au XIXe siècle les chayas, jusque là éparpillées, furent regroupées en deux quartiers à l'écart du centre-ville, l'un à l'Est, l'autre à l'Ouest. Higashi chaya, quartier préservé, avec ses ruelles pavées, ses élégants réverbères, ses maisons en bois à deux étages aux entrées discrètes, nous plongera dans l'atmosphère d'une ville japonaise de l'ancien temps. Nous visiterons la Shima Chaya, la plus belle chaya classée au patrimoine culturel national, qui fut construite en 1820. Cette maison-musée nous permettra de découvrir l'agencement intérieur d'une chaya, ainsi que des objets appartenant à des geïshas (peigne, épingles, instruments de musique...). Nous comprendrons mieux combien la civilisation japonaise codifie, avec autant d'élégance que de contraintes sociales, le principe même de la distraction.
Dîner libre. Nuit à Kanazawa.

8 Kanazawa, Inuyama, Nagoya

(Environ 230 km)
Ce matin, nous nous rendrons aux alentours de Gifu pour visiter le château d'Inuyama, l'un des plus anciens du Japon, datant de 1537. De style Momoyama, son originalité réside dans son donjon qui est entouré par un balcon et qui offre une très belle vue sur les environs. Il est classé trésor national. Dans les environs du château, nous verrons, de l'extérieur, la maison de thé Jo-an et le jardin Urakuen, conçus et construits en 1618 par Urakusai Oda.
Déjeuner.

Cet après-midi, nous visiterons le village-musée Meiji Mura. Ouvert en 1965, il rassemble, en plein air, cinquante bâtiments historiques des ères Meiji et Taisho qui furent démantelés dans tout le Japon et remontés ici.
Nous poursuivrons notre route vers Nagoya, la quatrième ville du Japon.
Dîner libre. Nuit à Nagoya.

9 Nagoya, Ise, la région de Mie

(Environ 150 km)
Ce matin, nous prendrons la route vers Ise-jingû, le sanctuaire shintoïste le plus sacré du Japon, qui attire chaque année des millions de pèlerins. Il est composé de deux parties : le Naiku, dédié à la déesse du soleil, et le Geku, dédié à la déesse de l'agriculture. Situés au cœur d'une vaste forêt, ces deux sanctuaires vivent au rythme de multiples cérémonies quotidiennes très codifiées.
Tous les vingt ans, les deux édifices principaux sont détruits et intégralement reconstruits à l'identique, respectant ainsi la tradition shintoïste.
Déjeuner libre.

Puis, nous poursuivrons notre route vers Toba.
En fin de journée, nous nous rendrons chez des Ama, plongeuses traditionnelles, pour déguster des fruits de mer ou du poisson.
Nuit dans la région de Mie.

10 Mie, Nara, Kyoto

(Environ 250 km)
Nous prendrons ce matin la route vers Nara. Fondée en 710, elle fut la première capitale fixe du Japon. Elle perdit ce rôle assez rapidement toutefois, dès la fin du VIIIe siècle, au profit, de Heian-kyô, l’actuelle Kyoto.
Le Tôdai-ji ou "Grand temple de l’Est" fut édifié en 752 par l’empereur Shômu et son épouse, l’impératrice Kôken, qui lui succéda sur le trône. Son érection avait pour but d’affirmer le pouvoir de l’empereur sur l’ensemble du pays. Il s'agit en fait d'un vaste ensemble d’édifices et de pavillons divers, éparpillés dans un parc peuplé de daims, espèce particulière au site. L’édifice le plus impressionnant est sans conteste la salle de prières principale, appelée également la salle du Grand Bouddha. Elle renferme un gigantesque bouddha de bronze, haut de seize mètres. Le bâtiment est à l’avenant et les Japonais affirment qu’il s’agit du plus grand bâtiment en bois du monde. Or, bouddha et bâtiment, depuis le VIIIe siècle, ont subi les aléas du temps : guerres, incendies, séismes, foudre prélevèrent leur tribut. Le Grand Bouddha d’origine et le bâtiment qui l’abritait durent être restaurés à plusieurs reprises. La statue conserva néanmoins ses proportions, gigantesques pour l’époque, et fut sans conteste, jusqu’à nos jours, la plus grande statue de bronze jamais fondue par la main de l’homme. Objet propitiatoire, l’empereur avait ordonné son érection en vue de conjurer les calamités que connaissait alors la nation.
Quant au bâtiment qui l’abrite, sa longueur actuelle correspond à 40 % de celle du bâtiment original. Au VIIIe siècle, deux pagodes mesurant respectivement cent mètres de hauteur l’encadraient de part et d’autre.
Déjeuner.

Le Kofuku-ji appartenait à la grande famille des Fujiwara. Les structures originelles du VIIIe siècle ont disparu. Les plus anciens pavillons du Kofuku-ji ne remontent pas au-delà du XIIe siècle. En revanche, le monastère a conservé un remarquable ensemble de statues, données par de grands personnages. La plupart, les plus belles, datent des VIIe et VIIIe siècles.
Non loin de là, au milieu de la forêt, au pied de la colline sacrée, le sanctuaire Kasuga est dédié aux ancêtres divins et mythiques de cette même famille Fujiwara. On le surnomme le "sanctuaire des trois mille lanternes" ; la coutume veut que l’on offre en ex-voto aux divinités tutélaires, une lanterne, qu’elle soit de pierre ou de bronze.
Nous continuerons notre route vers Kyoto et à notre arrivée, nous ferons une courte promenade dans le quartier de Gion.
Dîner libre. Nuit à Kyoto.

11 Kyoto

Kyoto, jumelée avec Paris, est également ce que l’on pourrait appeler une "ville-musée". Sauvée des bombardements intensifs américains par Langdon Warner et Asakawa Kanichi, professeurs à Harvard et à Yale, Kyoto abrite les plus anciens monuments du Japon. Capitale impériale du VIIIe au XIXe siècle, l’ancienne Heian-kyô, capitale de la paix, donne son nom à la florissante période artistique Heian. L’empereur de Nara transporte son siège à Kyoto en 794. Cette période est marquée par l’ascension fulgurante de la famille des Fujiwara qui manipula le pouvoir en mariant ses filles aux jeunes empereurs (entre autres stratagèmes) afin de conserver la tutelle impériale, cela dura un millénaire. Les XIVe et XVe siècles voient se développer, jusqu’à leur apogée, les arts liés au bouddhisme zen : l’art des jardins et le splendide pavillon d’or en sont les témoins les plus marquants.
Tout d'abord, nous nous rendrons au monastère Saiho-ji ou Kokedera (visite sous réserve d’autorisation), monastère zen fondé en 1339, pour y découvrir son jardin de mousse, l’un des plus beaux du japon. Il est composé de plus de cent espèces différentes de mousses. Le moine fondateur du monastère partait du principe qu'il était possible d'atteindre l’illumination en méditant dans un jardin aux beautés rares. (Afin d'être dans les meilleures conditions pour admirer la beauté de ce jardin, nous serons invités à effectuer une méditation et des prières avant la visite).
Le Ryôan-ji est un temple appartenant à la secte bouddhique zen. Il est situé dans les faubourgs nord-ouest de la ville de Kyoto, encadré par des montagnes boisées. Le temple fut fondé au XVe siècle. Il est surtout connu pour son jardin "sec", considéré comme le plus caractéristique et le plus équilibré du genre, qui a laissé et laisse encore des générations de visiteurs recueillis dans une contemplation silencieuse, à la recherche d’un message abstrait que dissimulerait l’agencement des graviers et des roches immuables du jardin.
Déjeuner libre.

Le Kinkaku-ji ou "Pavillon d’or" est situé non loin du Ryôan-ji. Ce fut, à la fin du XIVe siècle, la résidence du troisième shogun de la famille Ashikaga, laquelle gouverna le Japon du XIVe au XVIe siècle. Esthète raffiné, le shogun Ashikaga Yoshimitsu fit construire au bord d’un étang un somptueux pavillon de réception. Il est édifié sur trois étages, chacun d’un style différent et les deux étages supérieurs sont couverts de feuilles d’or. Le pavillon doré se mirait ainsi dans les eaux de l’étang parsemé de roches et d’îlots boisés de pins. A sa mort, en 1408, le shogun Yoshimitsu légua sa résidence à la secte zen Rinzai. Le merveilleux Pavillon d’or, unique vestige intact au XXe siècle de la résidence, donna au temple son surnom familier. L’écrivain japonais contemporain Mishima Yukio, le rendit célèbre dans son roman homonyme.
Enfin, nous visiterons le temple Daitoku-ji regroupant plus d’une vingtaine de temples qui ne sont pas tous ouverts à la visite. L’incontournable Daisen In nous surprendre par son jardin abstrait et ses salles de prières décorées de peintures du XVIe siècle.
Dîner au restaurant avec un spectacle de Maiko pour une belle plongée dans les traditions japonaises.
Nuit à Kyoto.

12 Kyoto

Le matin, nous découvrirons le Nijô-jô ou château de la Deuxième avenue, résidence officielle des shoguns ou dictateurs militaires de la famille Tokugawa qui gouvernèrent le Japon de 1603 à 1868. C’est l'unique exemple qui subsiste d’une résidence des grands hommes politiques du Japon de cette époque. Les lignes maîtresses du palais, sobres et épurées, contrastent avec l’ostentation et la richesse de la décoration intérieure. Cette décoration illustre à merveille l’Ecole des Kano : parements métalliques ciselés, panneaux de bois ajourés et cloisons mobiles peintes avec virtuosité, tant dans la touche que dans le choix de la palette. C’est dans l’une des salles de ce palais, qu’en 1867, le quinzième et dernier shogun Tokugawa abdiqua et remit symboliquement à l’empereur ses pouvoirs politiques. Pays isolé et quasiment autarcique durant trois cents ans, le Japon, vingt ans plus tard, devenait l'une des premières puissances mondiales.
Déjeuner en cours de visite.

Le Gingaku-ji ou "temple du Pavillon d'argent", que nous visiterons cet après-midi, fut construit par le huitième shogun Ashikaga Yoshimasa, à la fin du XVe siècle. Esthète, à l’instar de son grand-père Yoshimisu patron des arts, il voulut, lui aussi, édifier un pavillon aussi resplendissant que celui de son aïeul. Quant au pavillon, il souhaitait qu’il soit couvert de feuilles d’argent. Hélas, Yoshimasa mourut avant que les feuilles d’argent ne soient posées, et si le pavillon ne fut jamais argenté il en conserva néanmoins le nom. Cet esthète averti avait peu de goût pour la politique et laissa son pays sombrer dans la plus sanglante anarchie.
Le Kiyomizu-dera, ou "temple de l’eau pure", est situé aux limites sud-est de Kyoto, au pied des montagnes qui entourent presque complètement l’ancienne capitale japonaise. A l’extrémité d’une longue allée très commerçante, bordée de boutiques d’artisans et surtout de céramistes, se dressent les nombreux pavillons du temple, dont le bâtiment principal, adossé à la colline, est soutenu par un ensemble impressionnant de pilotis. C’est peut-être, d’après la tradition, le plus ancien temple de Kyoto. Si le bâtiment le plus ancien ne remonte pas au-delà du XIIe siècle, les plus récents furent édifiés au XVIIe siècle.
Le Sanjusangendô est l’appellation familière d’un temple bouddhiste du XIIIe siècle. Il présente une extraordinaire collection de statues de cette époque, due à quelques-uns des plus grands maîtres japonais. Le clou de cette collection est un ensemble unique de mille et une statues de Kannon, le bodhisattva de la compassion, sculptées en laque sèche.
Dîner libre. Nuit à Kyoto.

13 Kyoto, Uji, mont Koya

(Environ 130 km)
Nous partirons ce matin pour Uji. Nous visiterons le Byodo In, architecture Heian, dont la pièce la plus intéressante, le pavillon du Hoodo, reproduit l’image d’un phœnix sur le point de se poser et traduit la notion d’instantanéité, de moment, d’éphémère, essentielle à l'art japonais, de paire avec la contemplation des fleurs de cerisiers qui durent si peu de temps. Fleurs de cerisiers d’ailleurs emblème des kamikazes. Entièrement doré à la feuille et situé au milieu d’une végétation magnifique, ce lieu est d’une sophistication esthétique rare.
Nous aurons l’occasion d’assister à une cérémonie de thé.
Déjeuner libre.

Cet après-midi, nous partirons à la découverte du mont Koya, "Koya-San", haut lieu du bouddhisme japonais. Un gigantesque ensemble de temples a été fondé à partir de 816 par le moine Kûkai. Ce joli parc devint le centre du bouddhisme Shingon le plus vénéré du Japon. Parmi les pèlerins habillés de blanc, nous rejoindrons également l’aire de Okuno-in et ses deux cent mille tombes et mausolées où reposent les familles les plus puissantes du Japon. A travers les allés pavées, bordées de cèdres, nous apprécierons le calme de l’étang de la déesse dragon et la sérénité de la salle des lanternes. Plus de onze mille lanternes brillent jour et nuit : la légende raconte qu’une d’entre elles ne s’est jamais éteinte depuis le XIe siècle.
Dîner végétalien japonais et nuit au monastère (couchage ascétique. Il n'y a pas de chambres individuelles mais le logement est typiquement japonais. Les toilettes et les salles de bain sont communes).

14 Mont Koya, Osaka

(Environ 105 km)
Nous assisterons à la cérémonie bouddhiste du matin, puis, participerons au petit déjeuner traditionnel végétalien au monastère.
Fin des visites du mont Koya, puis départ vers Osaka.
Déjeuner libre.

Nous arriverons à Osaka, le deuxième centre économique du Japon, ville au rythme de vie effréné, en constant changement, osant toutes les audaces architecturales, et vouée au travail et aux plaisirs. Rien ne subsiste du passé d’Osaka, qui fut très riche, suite à la Seconde Guerre mondiale et au développement moderne intempestif. C’est donc un Japon très contemporain que nous découvrirons à Osaka.
Dîner. Nuit à Osaka.

15 Vol Osaka / Paris

Petit déjeuner et transfert à l’aéroport. Envol pour Paris.
Déjeuner à bord. Arrivée à Paris dans l’après-midi.

Le programme proposé est susceptible de connaître de légères modifications en fonction des changements de jours et heures d'ouverture des sites ou de modification des horaires des vols domestiques. Si tel était le cas, tout serait mis en œuvre pour limiter cela à des modifications dans l'ordre des visites, ou, éventuellement, vous proposer des prestations de remplacement de qualité équivalente.

Hébergement

N.B. : Merci de noter que les chambres individuelles peuvent être plus petites et avec un lit pour une personne.

Hôtels

MONT KOYA - Komyo-In

http://www.komyouin.jp/index.php

RÉGION DE MIE - Ise Shima Royal 3★

http://www.daiwaresort.jp/en/ise/

TOKYO - Grand Prince New Takanawa 4★

http://www.princehotels.com/newtakanawa/

HAKONE - The Hakone 3★

http://www.hakonehotel.jp/en/

NAGOYA - Ana Crowne Plaza Grand Court 4★

http://www.anacrowneplaza-nagoya.jp/english/

OSAKA - Ana Crowne Plaza 4★

http://www.anacrowneplaza-osaka.jp/

TAKAYAMA - Hida Plaza 4★

http://www.hida-hotelplaza.co.jp/english/

Si l'hôtellerie mentionnée devait être changée, elle le serait pour une hôtellerie de catégorie similaire.

Transports

Vols sur compagnie régulière Air France
Départ Arrivée Vols
Paris - Charles de Gaulle CDG
06/10/2018 - 17:20
Tokyo Haneda HND
07/10/2018 - 12:15
AF272
Osaka - Kansai KIX
20/10/2018 - 10:30
Paris - Charles de Gaulle CDG
20/10/2018 - 16:05
AF291

Compagnies aériennes alternatives : All Nippon, Asiana, KLM

Départ de Province

Si vous souhaitez un départ de province, notre service transport effectuera la recherche la plus adaptée. Selon les destinations, les départs de province s'effectuent soit sous forme de pré et post acheminement vers Paris, soit, pour l'Europe notamment, sous forme de vol direct de votre ville vers le lieu de destination. Consultez notre Service Clients pour une étude spécifique.

Détails du prix

Tarifs
En chambre Double (2 personnes, 1 lit double) 6 290,00 € / personne
En chambre individuelle supplément +795,00 € / personne
En chambre Twin (2 personnes, 2 lits séparés) 6 290,00 € / personne

Taxes aériennes au 27 octobre 2017, comprises dans le prix : 276,00 € dont 76,00 € de taxe d'aéroport

Ce prix est garanti pour un nombre de participants compris entre 13 et 20 personnes. Entre 8 et 12 personnes, nous nous réservons le droit de demander un supplément de prix de 115,00 € par personne. Cet éventuel supplément vous serait demandé plus de 30 jours avant le départ, ou lors de votre inscription si celle-ci intervient à moins de 30 jours.

Ces prix sont indépendants des fluctuations Euro / Yen.

Ces prix comprennent :

  • les vols internationaux ;
  • les taxes d'aéroport ;
  • la demi-pension comme indiqué dans le programme (sept déjeuners et six dîners), hors boissons ;
  • l'hébergement dans les hôtels mentionnés ;
  • les trajets en autocar,
  • l'accompagnement culturel du conférencier Intermèdes et de guides locaux régionaux anglophones ;
  • les entrées dans les sites mentionnés au programme ;
  • l'assistance rapatriement ;
  • le port des bagages.

Ces prix ne comprennent pas :

  • les repas mentionnés "libres" : six déjeuners et sept dîners ;
  • les boissons ;
  • les dépenses d'ordre personnel ;
  • les pourboires ;
  • l'assurance optionnelle annulation, bagages et interruption de séjour.

Informations pratiques

Japon

Formalités pour les ressortissants français : un passeport en cours de validité est nécessaire pour entrer au Japon. Désormais, les ressortissants étrangers se rendant sur le territoire japonais sont soumis à la prise de données biométriques. A cet effet, ils doivent, avant de franchir la frontière, au cours des formalités d'immigration, se livrer à la prise d'empreintes digitales et d'une photographie de face, avant d'être interrogés par un officier d'immigration.

Les non-ressortissants français ou bi-nationaux sont invités à consulter les autorités consulaires afin de vérifier les formalités exigées :
Ambassade du Japon - 7, Avenue Hoche 75008 Paris - Tel : 01.48.88.62.00 - Site Web : http://www.fr.emb-japan.go.jp

Pour tout mineur ne voyageant pas avec ses parents ou voyageant avec un seul de ses parents, une nouvelle réglementation astreint à des formalités particulières publiées sur le site https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1922. Dans tous les cas de figure, nous vous recommandons d'emporter une copie du livret de famille et lorsque l'enfant ne voyage pas avec ses deux parents une autorisation du deuxième parent. Pour plus de précisions consultez notre Service Clients.

Décalage horaire : 8 heures en plus par rapport à la France. Quand il est midi à Paris, il est 20 h à Tokyo.

Climat en hiver, le temps est sec et ensoleillé, et la température descend rarement en-dessous de zéro. En été, c'est le début de la saison des pluies, qui dure environ trois semaines, suivie d'une période très chaude et humide. La température varie entre 20°C (Sapporo) et 30°C (Nara), selon la ville en été, et de 3 à 18°C en hiver. Les saisons idéales sont le printemps et l'automne.

Change : la monnaie est le Yen japonais. Vous pourrez changer vos euros sur place après la douane à l'aéroport, ou au départ de France. Les retraits avec les cartes de crédit ne sont possibles que dans les bureaux de poste (ouverts du lundi au vendredi).

Train Shinkansen : les espaces de rangement disponibles dans les trains Shinkansen sont insuffisants. Pour cette raison, vos bagages seront pris en charge par une société de transport et livrés le lendemain à votre hôtel (prise en charge d'un grand bagage par personne). Il faut prévoir un petit sac avec le nécessaire pour la nuit.

Hôtels : les chambres individuelles peuvent être plus petites et avec un lit pour une personne.

Us et coutumes : les Japonais sont extrêmement courtois, très ancrés dans leurs traditions. A table, évitez de planter vos baguettes dans le bol de riz à la fin d'un repas, c'est signe de mort. De même qu'il est préférable de sortir de table pour se moucher.
En outre, sachez que les Japonais sont sensibles aux gestes amicaux. On se salue en permanence, pour cela, on s'incline, les mains contre les cuisses, et souvent plusieurs fois. Merci de noter qu'il est obligatoire de se déchausser sur certains sites.

Pourboires : le pourboire ne faisait pas partie des usages, mais depuis peu les guides et chauffeurs apprécient cette forme de remerciement. Lorsque vous êtes satisfait, prévoyez environ 3 à 5 € par jour et par personne.

Photographie : merci de noter qu'il est interdit de photographier certaines œuvres, notamment les sculptures bouddhiques, du fait de leur caractère religieux.

Electricité : le courant électrique a une tension de 100 volts au Japon. Munissez-vous d'un adaptateur universel pour brancher vos petits appareils.

Téléphone : pour appeler depuis France vers le Japon, composez le 00 suivi du code du pays : 81 puis le n° d'appel.
Pour appeler la France depuis le Japon, composer 00 33 puis les 9 chiffres du numéro de votre correspondant (sans le zéro initial). Il est possible de téléphoner directement à partir des téléphones publics sur lesquels est inscrit "International and Domestic Telephone " avec des pièces de 100 yens et des télécartes, mais peu de téléphones publics acceptent la télécarte prépayée pour des communications internationales. On peut téléphoner à l'étranger en utilisant une compagnie téléphonique. Nous vous conseillons de confirmer les tarifs et les systèmes qui sont différents et qui varient auprès de chaque compagnie de téléphone.

Guides locaux : les guides locaux sont régionaux, généralement anglophones, et assurent la plupart du temps une fonction technique.

Prévisions météorologiques

Nous vous conseillons de consulter les prévisions météorologiques la veille de votre départ soit par Internet sur le site de la chaîne météo ou de metéo France, soit par téléphone, avec le service Météo Consult, au 3264 (service payant 2,99 € l'appel + coût normal d'une communication depuis votre téléphone).

Informations voyageurs : sécurité et situation sanitaire

Pour chaque pays, le ministère des Affaires Etrangères (http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs) publie des fiches conseils aux voyageurs sur son site internet. Vous y trouverez les dernières recommandations notamment en matière de sécurité, formalités et santé.

Nous vous recommandons fortement de consulter ces sources d'information régulièrement, jusqu'à la veille de votre départ. Nous tenons également ces fiches à votre disposition sur simple demande au 01 45 61 90 90.

Bibliographie

Japon

Histoire - Culture
- Histoire du Japon, Vie Michel, Que sais-je ? PUF
- Nouvelle histoire du Japon, Souyri Pierre François, Perrin
- Histoire du Japon. Entre Chine et Pacifique, Eliseeff Danielle, Éditions du Rocher
- Japon, peuple et civilisation, Sabouret Jean-François, La Découverte
- La dynamique du Japon de Meiji à 2015, Sabouret J.F, Biblis
- Atlas du Japon : après Fukushima, une société fragilisée, Pelletier Philippe et Fournier Catherine, Autrement, coll. Atlas/Monde
- Japon éternel, Hervé Beaumont ((photos de suzanne Held), Silvana Editoriale (Milan), 2011

Art - Architecture - Littérature
- Le Japon, Menegazzo Rossela, Coll. Guide des Arts, Hazan
- L'Art japonais, Shimizu Christine, Flammarion
- La Peinture Japonaise, Akiyama T.,Skira
- L'Estampe japonaise, Delay Nelly, , Hazan
- Architecture éternelle du Japon - De l'histoire aux mythes, Cluzel Jean Sébastien, Editions Faton
- Maisons traditionnelles du Japon, Sylvester-Katoh Amy et Kimaru Shin,Flammarion,
- Le Dit de Genji, Murasaki Shibiku (trad. René Sieffert) Paris, P.O.F.
- Histoire de la littérature japonaise, Guillamaud Jean, Collection Littérature des cinq continents, Editions Ellipses

Religion
- Dictionnaire de la sagesse orientale (ouvrage collectif), R. Laffont, Bouquins
- Le bouddhisme, Faure B., Liana Levi
- Les religions du Japon, Sieffert R., PUF
- Le bouddhisme zen, Watts Alan Wilson, Payot
- Dieux et bouddhas du Japon, Franck Bernard, Odile Jacob
- Shintô, Marillier Bernard, Collection B.a.-ba, Editions Pardès

Intermèdes et les Editions Faton, l'éditeur d'Archéologia, des Dossiers d'Archéologie, et des Dossiers de l'Art notamment, sont partenaires. Pour vous procurer les numéros qui vous intéressent, consultez le site des Editions Faton www.faton.fr ou contactez le 03 80 40 41 00.

Réserver cette date
 6 - 20 oct. 2018

Circuit de
15 jours

Petit groupe de
8 à 20 participants
A partir de
6 290 €
Tarif TTC par personne