Aucun article
Votre panier est vide

Conférences culturelles

Grâce à votre compte (gratuit) sur notre site, vous pouvez :

  • accéder aux enregistrements (audio) des conférences passées,
  • écouter la conférence directement sur le site,
  • télécharger le fichier mp3 d'une conférence pour l'écouter plus tard.

_____________________________________________________________________________________________________________

Les enregistrements des conférences de l'automne n'ont pas pu être mis en ligne pour des raisons techniques. Nous mettons tout en œuvre pour y remédier dans les meilleurs délais et vous prions de bien vouloir nous en excuser.

Conférences en version audio

Conférences
Conférences culturelles
Cycles de conférences
jeu. 02 février 2012
17:00 - 19:00

Les Aztèques

A l’arrivée des Espagnols sur les côtes du golfe du Mexique, l’Empire aztèque est en plein apogée. Son empereur, Moctezuma II, règne en maître absolu sur une myriade de peuples qui ont été soumis, un à un, à son autorité. Pourtant, cela ne fait qu’à peine un siècle que les Aztèques sont présents sur ce territoire. Ils sont venus des plaines désertiques du nord et ce n’est qu’au terme d’une lente et pénible migration qu’ils se sont finalement installés sur la lagune de Texcoco. Leur fulgurante ascension s’accompagne de la mise en place d’une société raffinée dont les élégantes productions artistiques contrastent avec les rituels sanglants, destinés à honorer leurs dieux.

mar. 31 janvier 2012
14:30 - 16:30

L’Irlande

Nous vous invitons à découvrir les richesses et les mystères de ce petit recoin de l’Europe, souvent célébré, mais néanmoins méconnu et incompris. Nous aborderons trois grands thèmes pour vous dévoiler la “verte Erin” : Présentation de l’île en cartes et en photos, sa géographie, ses paysages, ses habitants et son Histoire, L’Irlande aujourd’hui, dans la tourmente de la crise économique, ses forces et ses faiblesses, Clichés, préjugés et idées reçues, savoir démêler le vrai du faux !

lun. 30 janvier 2012
17:00 - 19:00

Trois villes d’art en Toscane : Pistoia, Volterra, San Gimignano

Ces villes doivent leur visage essentiel à une architecture médiévale de grand caractère, tant religieuse que civile, dont la place communale est l’expression la plus typique. Elles sont aussi l’écrin d’oeuvres d’art insignes : à Pistoia, la chaire sculptée par Giovanni Pisano, l’autel d’argent de Saint Jacques, la frise émaillée de Giovanni Della Robbia ; à Volterra, cité d’origine étrusque, la Déposition de Croix du XIIIe, en bois polychrome, les tableaux de Ghirlandaio, Signorelli et Rosso; à San Gimignano, ville hérissée de tours, la Vierge en Majesté peinte par Lippo Memmi, les fresques siennoises du XIVe siècle et celles de Ghirlandaio, enfin la vie de Saint Augustin peinte par Benozzo Gozzoli.

jeu. 26 janvier 2012
17:00 - 19:00

Les Bourbon : la destinée d’une famille et son expression artistique du Bourbonnais à Paris, Madrid et Naples

Au cœur de la France, le château féodal de Bourbon-’Archambault est le berceau de cette illustre maison, ducale depuis 1327, dont l’église du prieuré de Souvigny, toute proche, est la nécropole. En 1589, la dynastie des Valois s’éteint avec Henri III et la couronne de France revient à un lointain descendant de saint Louis, Henri de Navarre, fils d’Antoine de Bourbon. En 1701, le duc d’Anjou, petit-fils de Louis XIV, hérite du royaume d’Espagne sous le nom de Philippe V. On lui doit, ainsi qu’à ses successeurs les Bourbon d’Espagne, la résidence de San Ildefonso de la Granja avec ses superbes jardins, le grandiose palais royal de Madrid et d’importants travaux au palais d’Aranjuez comme à l’Escorial. Charles, fils de Philippe V, devient roi de Naples en 1735 ; il y crée le palais de Capodimonte et surtout celui de Caserta avec sa cascade monumentale. Fondateur des Bourbon de Naples, qui y régneront jusqu’en 1860, il retrouve l’Espagne en 1759 pour y devenir le roi Charles III. Son descendant Juan Carlos représente aujourd’hui la lignée royale des Bourbon.

lun. 23 janvier 2012
17:00 - 19:00

Turin, destin d’une capitale

Turin fut, grâce à l’énergie de la brillante Maison de Savoie, un des plus importants foyers de l’art et de l’architecture en Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles. Première capitale du pays, au lendemain de la création de l’État italien, en 1861, Turin a longtemps joué un rôle politique majeur. Trois génies ont fait sa gloire : Guarino Guarini, Filippo Juvarra et Bernardo Vittone, qui ont laissé à Turin des chefs-d’oeuvre du Baroque dans sa plus haute expression. Entourée d’une ceinture de résidences royales telle la somptueuse Veneria Reale, rouverte au public depuis 2007, elle est aussi une ville d’avant garde, siège depuis sa création de la firme automobile Fiat grâce à laquelle Giovanni Agnelli, grand mécène, s’il en est, a offert une Pinacothèque à sa ville.

jeu. 19 janvier 2012
17:00 - 19:00

La Rome chrétienne, des catacombes aux premières basiliques

A travers l’évolution de la représentation chrétienne entre le IIIe et le IVe siècle, on peut percevoir le changement de statut du christianisme à Rome. Dans les catacombes, les scènes sont représentées dans la tradition classique, le Christ apparaît souvent comme un philosophe, et les thèmes évoquent la résurrection et la vie éternelle. Avec la reconnaissance officielle du christianisme conférée par Constantin, puis son élévation au rang de religion d’État à la fin du IVe siècle, les représentations du Christ dans les basiliques s’inspirent de la figure impériale : transcendant, le Christ souverain trône au milieu de la Jérusalem céleste, à l’image de l’empereur dans le monde terrestre.

mar. 10 janvier 2012
14:30 - 16:30

Art et Histoire de l’antique civilisation khmère

Que n’a-t-on pas dit, en Occident, lorsque ses voyageurs lui rapportèrent l’existence de monuments et de ruines mystérieuses au fond des forêts du lointain Cambodge ? Ne s’agissait-il pas des vestiges des conquêtes d’un Trajan ou d’un Titus, voire celles d’un Alexandre le Grand ? Cet Occident, imbu de sa puissance matérielle, porté par son essor industriel et en pleine conquête coloniale, ne pouvait concevoir que le peuple khmer, alors appauvri et rongé par l’expansionnisme de ses voisins, vivant dans de fragiles paillottes perchées sur des pilotis au milieu des rizières, eût pu en être l’architecte. Mais au-delà d’Angkor, en d’autres lieux, au Cambodge ou sur les terres perdues de son ancien empire, d’autres monuments attestent de sa gloire passée.

lun. 09 janvier 2012
17:00 - 19:00

L’Art Russe à Moscou au temps d’Ivan le Terrible

Ivan le Terrible, Grand prince de Moscou et de Vladimir, et premier tsar de Russie règne de 1547 à 1584 sur un territoire russe unifié à partir de Moscou et libéré des Tatars Mongols. Cette apogée politique de la Moscovie qui s’identifie désormais à la Russie s’accompagne d’une même apogée des arts. Les ateliers du Kremlin brillent dans le domaine de la peinture d’icônes et de l’orfèvrerie tandis que les architectes élaborent de nouveaux modèles très russes, loin des timides influences apportées au Kremlin par les architectes Italiens.

jeu. 15 décembre 2011
17:00 - 19:00

L’argent et la beauté. Botticelli et le Bûcher des Vanités – Présentation de l’exposition du Palais Strozzi à Florence

L’argent, à la fois dieu et tabou, est un mot d’une “richesse” exceptionnelle : peu bénéficient autant de synonymes, souvent vulgaires, mais peu aussi sont attachés aux multiples caractéristiques d’une civilisation. L’argent est une affaire à la fois universelle et individuelle. C’est donc de toute évidence qu’il apparaît dans l’art, y retrouvant par ses illustrations, sa place spirituelle, culturelle et sociale. La peinture à travers les siècles révèle l’importance de la place tenue par l’argent dans des thèmes aussi divers que la mythologie, la religion, les portraits, la vie quotidienne, la morale, le pouvoir, le commerce ou le jeu.

lun. 12 décembre 2011
17:00 - 19:00

Berlin, capitale des Arts

Exposé sur la renaissance d’une grande capitale européenne marquée, plus que tout autre, par les aléas de l’histoire : du château des Hohenzollern au Reichstag, les lieux de pouvoir berlinois permettent d’en retracer les grandes heures et les tragédies.