Aucun article
Votre panier est vide

Conférences culturelles

Grâce à votre compte (gratuit) sur notre site, vous pouvez :

  • accéder aux enregistrements (audio) des conférences passées,
  • écouter la conférence directement sur le site,
  • télécharger le fichier mp3 d'une conférence pour l'écouter plus tard.

_____________________________________________________________________________________________________________

Les enregistrements des conférences de l'automne n'ont pas pu être mis en ligne pour des raisons techniques. Nous mettons tout en œuvre pour y remédier dans les meilleurs délais et vous prions de bien vouloir nous en excuser.

Conférences en version audio

Conférences
Conférences culturelles
Cycles de conférences
lun. 12 septembre 2016
17:00 - 19:00

Mozart, le Viennois

« Je vous assure que cet endroit-ci est excellent et le meilleur du monde pour mon métier ». En mai 1781, W.A. Mozart, âgé de vingt-cinq ans, s’installe à Vienne contre le gré de son père et après avoir quitté le service de l’archevêque Colloredo. « Aujourd’hui commence mon bonheur… » écrit Mozart à l’aube de cette liberté. Vienne, c’est le temps des grandes créations, ses sublimes concertos pour piano dans ce pays du clavier, son premier opéra allemand rêvé depuis si longtemps « L’enlèvement au sérail », l’extraordinaire trilogie des « Noces de Figaro » au « Don Giovanni », sa rencontre pleine de vénération pour le génial Joseph Haydn… Dix années à Vienne : des chefs-d’œuvre pour la postérité, au prix d’une liberté si douloureusement payée.

jeu. 16 juin 2016
17:00 - 19:00

Le voyage dans l'au-delà en Égypte antique

Le culte des morts et l’importance donnée à la sépulture sont l’une des constantes de l’Ancienne Égypte. Pour les anciens Égyptiens, l’éternité est contenue dans une nuit et un jour. Tout est révélé chaque soir, lorsque le soleil se couche, et chaque matin, lorsqu’il se lève. La nuit voit la fusion entre Osiris et Rê, fusion traduisant l’accomplissement de la renaissance du soleil et, par conséquent, la résurrection du défunt. Entre la première heure où la barque transportant le soleil pénètre dans le monde des ténèbres, et la douzième heure où apparaît le nouveau soleil poussé par le scarabée, l’âme du défunt devra franchir toute une série d’étapes. La personnalité humaine apparaît composée de quatre éléments : Khet (l’enveloppe charnelle), Chou (l’ombre) et deux éléments essentiels, le Ba (l’âme dans la pensée occidentale) et le Ka, modelé par Khnoum sur son tour en même temps que le nouveau-né. Après la mort, il se détache du corps mais aime résider dans son entourage. A toutes les époques, le tombeau sera construit de manière à faciliter au Ba comme au Ka le moyen de retrouver le corps auquel ils ont été liés.

jeu. 09 juin 2016
17:00 - 19:00

Origine, histoire et coutumes des rajpouts

Race de guerriers fiers et réputés dans l’Inde entière pour leur bravoure, les Rajpouts obéissaient à un strict code d’honneur, semblable à celui de nos chevaliers médiévaux ou à celui des samouraïs japonais. Prétendant appartenir aux plus nobles lignées, celles du Soleil et celles de la Lune, de la caste des guerriers de l’antique, ils se donnèrent le nom de « fils de roi » et nommèrent leur territoire, à peu près l’actuel Rajasthan, Rajpoutana, mais n’apparaissent dans l’histoire de l’Inde qu’au XIIe siècle en lutte contre les hordes musulmanes des envahisseurs turco-afghans. Ils avaient morcelé leur pays, une terre âpre, en partie désertique, en des dizaines de principautés belliqueuses, qui défendaient orgueilleusement leur indépendance et leur mode d’existence, parsemant leurs contrées de forteresses redoutables, de palais des Mille et une nuits » et de temples extraordinairement sculptés dans un marbre translucide. Cependant, la véritable origine des « fils de roi » demeure toutefois obscure.

mar. 07 juin 2016
14:30 - 16:30

Le nationalisme arabe, de Lawrence d'Arabie à Kadhafi

La question d’Orient annonçait, à la fin du XIXe siècle, la fin de la domination ottomane en Orient. Le déclin de « l’homme malade » et les convoitises des puissances colonialistes favorisèrent l’émergence des nationalismes dans cette région. Au coeur d’un Orient à la recherche d’une identité en dehors de l’emprise ottomane ou européenne, le nationalisme arabe apparut comme une alternative réalisable. Chose étonnante, l’acteur principal fut un non arabe : Lawrence d’Arabie. La fin de la Première Guerre mondiale marqua le point de départ de ce processus, alimenté par l’affaire palestinienne et la marche vers l’indépendance des pays de la région. Les conflits israélo-arabes durant tout le XXe siècle permirent au nationalisme arabe de se développer rapidement. Le nassérisme n’en est qu’une traduction concrète mais toutes les tentatives pour aller plus loin, vers une unification arabe, restèrent un rêve inachevé, voire un « mirage de l’Orient » au résultat éphémère.

lun. 06 juin 2016
17:00 - 19:00

Taïwan

Entre Mer de Chine et Océan Pacifique, Taiwan que les Portugais découvrent au XVIe siècle et nomment « Illa Formosa » la Belle île, reste encore trop mal connue. Pourtant l’île mérite le détour pour la beauté de ses montagnes et forêts tropicales ; ses sources d’eau chaude ; ses collines de théiers produisant le fameux Oolong ; ses rizières ; ses plages aux couleurs intenses bordant le Pacifique. Autre fierté des Taïwanais : le musée national du Palais, le plus grand musée d’objets d’art chinois au monde, exposant les collections impériales autrefois abritées dans la Cité Interdite à Pékin. La dynamique société taïwanaise a su conserver sa culture chinoise teintée d’influences japonaises (l’île fut colonie japonaise durant cinquante ans, jusqu’en 1945), dans un environnement à la pointe de toutes les modernités, tout en re-découvrant les cultures de ses seize populations aborigènes. L’aspect le plus étonnant que le visiteur ne doit pas manquer d’observer au détour d’une rue ou d’une ruelle : la multitude de temples extrêmement animés, honorant des dieux autrefois venus par la mer, qu’entoure un décor parfois somptueux réalisé par des générations d’artisans sculpteurs.

jeu. 02 juin 2016
17:00 - 19:00

Angkor, du IXe au XIVe siècle

De simples sanctuaires de briques reconquis par la forêt jusqu’à Angkor Vat et, au-delà, jusqu’aux tours à visages de Jayavarman VII, les arts plastiques et l’architecture religieuse khmers, de siècle en siècle et de règne en règne, évolueront, s’enrichissant mutuellement de l’apport des styles précédents. Les temples des rois khmers, demeures de leurs dieux, symboliseront dans la pierre, sur une échelle gigantesque, la vision de l’Univers que l’Inde avait conçue.

mar. 31 mai 2016
14:30 - 16:30

Les chrétiens d'Orient

Les chrétiens sont présents en Orient depuis l’origine du christianisme et les chrétiens d’Orient ont joué un rôle majeur dans la définition des dogmes christologiques. L’islamisation de l’Orient est pour l’essentiel dûe aux croisades ! Nous analyserons la situatuion actuelle de ces chrétiens installés sur des terres foulées par les pas du Christ.

jeu. 26 mai 2016
17:00 - 19:00

Vivaldi et Venise

Au XVIIe siècle Venise est en fête avec son carnaval pendant plus de la moitié de l’année. On y fait partout de la musique et les musiciens sont excellents. Le plus célèbre de tous est certainement Antonio Vivaldi, le fameux Prêtre roux qui joue du violon « comme un diable ». Loin des demeures patriciennes et des cafés, ce sont l’Ospedale della Pietà et le Teatro San Angelo qui constituent son univers, là où il déploie sa fureur de créer.

mar. 24 mai 2016
14:30 - 16:30

Les temps des îles (micronésie, mélanésie, polynésie)

Dumont d’Urville fut le premier à désigner, en les divisant les iles du Pacifique, des noms de Micronésie, Mélanésie et Polynésie. Chacun des groupes lui apparut comme spécifique et clairement indentifiable. L’origine des populations océaniennes a suscité des débats infinis jusqu’au milieu du XXe siècle, pourtant James Cook avait déjà en son temps assez clairement proposé une origine commune. Comment le peuplement de l’Océanie s’est-il accompli ? Quels en sont les marqueurs ? Que savons-nous de ce temps des îles avant l’arrivée des Européens ?

lun. 23 mai 2016
17:00 - 19:00

L'art sur les chemins français de Saint-Jacques De Compostelle : la Via Tolosana

De tradition médiévale, quatre itinéraires traversent la France pour conduire les pèlerins au tombeau galicien de l’Apôtre. Nous suivrons l’un d’eux qui doit son nom à Toulouse, mais part en réalité de Arles, ancienne ville romaine incluant la cathédrale Saint-Trophime avec son portail et son cloître, merveille de la sculpture romane, ainsi que le vénérable cimetière des Aliscamps. A partir de là, la Via Tolosana est jalonnée d’admirables édifices religieux, romans ou gothiques, dont beaucoup ont été par euxmêmes des buts de pèlerinage : ainsi l’abbatiale de Saint-Gilles, dont subsiste le somptueux portail sculpté, et celle de Saint-Guilhem le Désert ; Saint-Sernin de Toulouse, la plus majestueuse église de France, au coeur de la ville rose où les anciens couvents des Jacobins et des Augustins sont des chefs-d’oeuvre de l’art gothique méridional ; la cathédrale d’Auch, riche de ses vitraux et de ses stalles ; la collégiale de Morlaas et la cathédrale de Lescar.