Jonas Kaufmann et Anja Harteros dans "La Force du destin" à Munich

Jonas Kaufmann et Anja Harteros affronteront cet été à Munich la malédiction du marquis de Calatrava ! Celle-ci sort souvent du cadre de « La Force du destin », touchant ses interprètes depuis la création de l’opéra en 1862...

« La Force du destin », chef d’œuvre de Giuseppe Verdi n'aurait pas dû voir le jour... En effet, après la création du « Ballo in maschera »  en 1859, Verdi, engagé dans le Risorgimento, se consacre à la politique. Influencé par Cavour, il se fait élire député en 1861 au premier Parlement unitaire qui proclamera Victor-Emmanuel Roi d’Italie. C’est la soprano Giuseppina Strepponi, compagne de Verdi, qui va alors le convaincre d’accepter l’opéra commandé par le Grand Théâtre de Saint Petersbourg. Verdi propose aux Russes, qui apprécient sa musique, une oeuvre adaptée d’un roman du duc de Rivas par le librettiste Francesco Maria Piave, « la Force du destin ». En quatre actes, l’opéra présente les caractéristiques du drame romantique (mélange des genres, absence d'unité de temps, de lieu et d'action).
L'action se déroule en Espagne et en Italie, au milieu du XVIIIe siècle. À Séville, l'histoire d'amour entre Leonora et Don Alvaro tourne au tragique quand celui-ci tue par accident le père de la jeune fille – le marquis de Calatrava - qui maudit les amants dans un dernier geste. Craignant son frère Carlo, Leonora se réfugie à Hornachuelos, alors qu'Alvaro s'engage dans l'armée. Il y sauve un adjudant qui n'est autre que Carlo, les deux hommes se jurent une amitié éternelle, mais Carlo découvre l’identité de son ami qui s’enfuit. Alvaro retourne en Espagne et devient homme d'église à Hornachuelos. Cinq ans plus tard, Carlo retrouve son ennemi. Alvaro blesse mortellement Carlo, mais ne peut pas l'empêcher de poignarder Leonora qui meurt dans ses bras.
En décembre 1861 Verdi rejoint la Russie pour assister aux répétitions de « La Force du destin » mais rien ne se passe comme prévu : Emma La Grua (Leonora) est malade et la remplacer s'avère difficile. La représentation est reportée et l’opéra finalement crée en novembre 1862. Verdi veut ensuite remanier son oeuvre mais Piave tombe gravement malade et le compositeur doit confier le livret à Antonio Ghislanzoni. La seconde création de l’opéra a lieu en février 1869 à la Scala de Milan. Peu après Piave est frappé d'une attaque cérébrale et restera paralysé jusqu'à sa mort.
Un siècle plus tard, au Metropolitan Opera, se joue le réveil des superstitions ! Ainsi en 1960 le baryton américain Leonard Warren, pourtant en grande forme avant d’entrer en scène, meurt foudroyé par une crise cardiaque pendant une représentation de « La Force du destin ». Le sort s’acharne ensuite sur ceux qui osent monter l’oeuvre maudite : en 1971 à Toulouse, le rideau de scène s’écroule sur Michel Plasson et en 1975 à Paris, un figurant chute dans la fosse tandis qu’un Christ en croix de 6 mètres s’effondre pendant les répétitions. En 1997, Luciano Pavarotti renonce à Alvaro en raison de problèmes respiratoires...
Jonas Kaufmann et Anja Harteros ont déjà chanté et triomphé, en 2013/2014, dans cette oeuvre aux mésaventures aussi étranges que celles du livret, conjurant ainsi le destin avec force et talent. Nous attendons avec impatience de les retrouver, sublimes amants maudits frappés par un implacable destin.

B. Valat et B. Bril

Voyage associé

Hémérys, le voyage culturel d'exception

Munich à l'occasion du festival d'opéraSéjour 4 jours

Avec Jonas Kaufmann et Anja Harteros dans "La Force du destin" de Verdi. Voyage musical en Allemagne à l'occasion du festival d'opéra à Munich. Visites culturelles avec conférencier ; trois opéras en première catégorie. Séjour haut de gamme : hôtel historique Bayerischer Hof 5 *.

du 22 au 25 juil. 2017
Départ garanti
Voir