capture.jpg

L'Antiquité des jardins

Il faut remonter à la nuit des temps (le cinquième siècle avant J.-C.) pour évoquer les jardins de la reine Sémiramis, à Babylone... Mythe ou réalité ? Les archéologues restent divisés sur leur origine et surtout sur leur localisation. Leur existence tenait bien sûr au système d'irrigation. Les eaux de l'Euphrate alimentaient de nombreux puits équipés de chaînes à godets, exactement comme ce que l'on voit de nos jours le long du Nil où cultivent les fellahs. Ces jardins n'en étaient pas moins considérés comme l'une des Sept Merveilles du monde antique. La seule description que nous en ayons nous vient du latin Quinte-Curse, au 1er siècle de notre ère !

On sait par exemple que le « jardin spectacle » existait déjà chez les Égyptiens, on le constate sur les fresques du tombeau de Sennefer à Thèbes (vers 1500 avant J.-C.). On y détaille un espace carré central, couvert de vignes, autour duquel se développent des rangées de palmiers et de fruitiers entrecoupées de bassins. On apprend que les plantes vivrières alternent avec les fleurs cultivées à cette époque, comme le lotus et le papyrus mais aussi le pavot, le jasmin, les anémones et même les chrysanthèmes. Les crues du Nil apportent leur contribution à la végétation. C'est donc en Égypte que l'on place généralement l'origine des jardins d'Orient qui, avant même l'apparition de l'Islam, avaient créé une esthétique du jardin. Mais c'est en Perse que s'est cristallisée l'organisation arabo-musulmane du jardin d'agrément qui semble avoir inspiré l'image du jardin de Paradis dans le Coran, des mots Pairi (autour) et daeza (mur) qui a donné paradisus en latin, désignant un espace clos de murs.
De l'antiquité on garde la trace des jardins de Persépolis qui entouraient le palais de Darius 1er (522-486 avant J.-C.) qui furent presque complètement détruits au IVè siècle de notre ère par Alexandre le Grand. Il faut beaucoup d'imagination pour se les représenter car il n'en reste que le squelette mais on sait que, sur plusieurs hectares, s'étendait une forêt artificielle plantée d'arbres équidistants dont les espèces sont gravées dans le marbre en frises décoratives et que dans ces forêts, le roi Darius chassait le lion.
La conquête arabe a contribué à diffuser le modèle persan dans un espace allant de l'Inde à l'Espagne.
Le tout premier jardin islamique est sans doute une oasis, plantée de culture vivrières, mais c'est surtout en ville que le jardin oriental s'est développé. De la Perse d'autres foyers artistiques se sont propagés vers l'Asie Centrale, la Mésopotamie, l 'Empire gréco-romain et Byzance jusqu'en Égypte puis, par les pays du Maghreb, en Andalousie. L'image de jardin-paradis s'est transformée en jardin d'Allah !
La principale caractéristique du jardin islamique est la géométrie : ainsi, au départ, deux canaux se croisent dessinant quatre espaces qui symbolisent les quatre éléments (eau, terre, feu, air) et les quatre points cardinaux. L'intersection est marquée par un pavillon ou une fontaine. Cette formule cruciforme perdurera jusqu'aux jardins de l'Alhambra de Grenade (XIIIè.s.), jusqu'aux riads du Maghreb et aux palais et mosquées du Moyen-Orient, au XIXè siècle.
Une autre caractéristique du jardin islamique est le côté privatif comme coupé du monde extérieur, ce qui le rapproche du monde gréco-romain qui place le jardin au centre de l'habitation. Canaux et bassins ont une importance primordiale : ils divisent l'espace, irriguent les plantes, rafraîchissent l'air ambiant mais aussi et surtout offrent un miroir à l'architecture qui s'intègre dans le décor.
Ces jardins sont des œuvres d'art qui déclenchent la paix de tous les sens. On y admire la beauté des arrangements des plantes et des arbres, on y écoute le bruissement de l'eau des cascades et cascatelles et le chant des oiseaux. On y respire le parfum des fleurs. En un mot on s'y sent en paix avec soi-même.
Entourés de murs, ces jardins servent parfois d'écrin à un tombeau comme celui du poète Hafez à Chiraz.
Une exposition exceptionnelle à l'Institut du Monde Arabe, intitulée « Jardins d'Orient, de l'Alhambra au Taj Mahal, (19 avril/25 septembre 2016), place la question du jardin au cœur de la réflexion. La réalisation d'un jardin, sur le parvis de l'IMA, par le paysagiste Michel Pena, restaure les codes du jardin oriental en le traduisant dans un langage contemporain : à voir absolument.

I.Aubert

Contacts

01 45 61 90 90

info@intermedes.com

Par formulaire

Questions fréquentes

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester informé et recevoir nos offres en avant-première.

OK

Brochures 2022

Découvrez nos brochures gratuites pour suivre l’actualité de toutes nos marques (sans engagement).

Suivez-nous !

Pour suivre l’actualité d’Intermèdes retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :

INTERMÈDES

Qui sommes-nous ?

L’esprit Intermèdes

Nous contacter

Protection des données et cookies

Conditions de vente

Assurances

Partenaires

Nos gammes

SERVICES

Avantages clients

Recevoir la brochure

Inscription à la newsletter

Devis sur-mesure

Groupes, entreprises, CE

Offrir un voyage culturel

Hôtels aéroports

Nos brochures

Nos voyages culturels

Destinations proposées

Nos conférenciers accompagnateurs

Départs garantis

Offres primos

Nouveautés

Tous nos thèmes

Questions fréquentes

Nos articles et chroniques

Nos marques

Intermèdes, le voyage culturel avec conférencier

Hémérys, le voyage culturel d’exception

Sentiers des Arts, la randonnée culturelle

Orients, sur les Routes de la soie

Voyages sur-mesure

Conférences culturelles

Moyens de paiement

Qualité certifiée

Charte de qualité Fevad
Récompense Open to Dialog 2014
Noté 4,7 sur 5 sur Trustpilot
Garantie financière Atradius
Membre du SETO

© Copyright Intermèdes 2022

Mentions légales

|

Crédits

|

Plan du site