Pays des Merveilles ? C'est le Pérou !

En 1532, l'Empire inca s'étend du nord du Chili jusqu'à l’Équateur. C'est à peu près la surface actuelle du Pérou. Le pays d'alors est constitué à la fois d'un désert côtier, de hauts plateaux, de jungle, il possède deux des plus profonds canyons du monde. En fait, c'est le pays de tous les superlatifs : le lac navigable le plus haut du monde ? C'est au Pérou. Le plus important système fluvial de la planète ? C'est l'Amazone au Pérou.

Le mont Huascaran (6760m), quatrième plus haut sommet d'Amérique du Sud ? C'est au Pérou. La plus vaste cité en adobe du globe ? C'est Chan Chan, au Pérou. Le plus vieux site urbain d'Amérique répertorié à ce jour ? C'est Caral, datant d'environ 2700 ans avant J.-C., au Pérou.
Il est donc bien naturel que l'envahisseur espagnol que fut Francisco Pizarro avec son armée soit fasciné lorsqu'ils atteignent Cuzco en septembre de cette même année 1532. Il avaient accosté à Tumbes, au Nord. Qu'ont ils donc découvert à leur arrivée ces émissaires du grand Charles Quint ? D'abord Cuzco, fondée récemment par Manco Capac, c'est une magnifique capitale mais aussi la ville sainte du dieu Soleil, Inti. Elle concentre les temples et palais des rois défunts. Le souverain inca est un médiateur entre le monde sacré et le monde profane, il préside aux cérémonies cultuelles, régule les relations entre Cuzco et les ethnies andines soumises. Les déserts jouissent d'un système d'irrigation sophistiqué qui permet de cultiver des légumes et des céréales. Les cultures en terrasses produisent d'abondantes récoltes (du maïs entre autres) qui sont stockées pour éviter les famines. Le tissage et l'art de la poterie et aussi l'architecture, la joaillerie, la médecine et une certaine ingénierie ont fait l'objet d'études qui leur permettent d'accéder à des savoir-faire remarquables. L'armée atteint un degré d'organisation exemplaire. Au moment des premiers contacts avec les espagnols, les Incas dominent un immense secteur de l'aire andine qui s'étend sur 4000 km de long et compte de dix à douze millions d'habitants. L'Inca principal est Atahualpa, dixième de la dynastie Yupanqui et récent vainqueur de Huascar, son frère et des Cuzquéniens.
En fait, la conquête du Pérou par les espagnols se résume à la rencontre, le 16 novembre 1532, entre l'Inca Atahualpa et le conquistador Pizarro. C'est par un phénomène incroyable, peut-être dû à la curiosité de l'Inca qui avait sous-estimé son adversaire, que l'armée espagnole réussit à se saisir du souverain du plus grand empire des Andes. Les écrits font état d'affronts de part et d'autre, ce serait plutôt des prétextes pour une déclaration de guerre. Et la suite dépasse en horreur, en cruauté morale et physique, tout ce que l'on peut imaginer. L'envahisseur va faire montre d'une avidité et d'une absence de principes et de moralité absolument incroyables. L'or semble les rendre fous !
La formidable exposition qui se tient au musée du Quai Branly, jusqu'au 20 septembre, intitulée « L'Inca et le Conquistador » raconte cette épopée et montre une centaine d'objets qui nous éclairent sur les antagonistes replacés dans leur époque.
Il n'en demeure pas moins vrai que le Pérou passionne les chercheurs depuis qu'au XIXe siècle s'amorça l'Archéologie. C'est en 1911, que Bingham découvre le mythique Machu Picchu qu'il prend pour Villacamba. Les lignes de Nazca aussi gigantesques que mystérieuses, le lac Titicaca et ses îles de roseaux habitées par les Uros qui y vivent depuis toujours, une faune et une flore remarquables et uniques, des traditions artisanales époustouflantes : tissages délicats agrémentés de plumes d'oiseaux, céramiques et poteries, des rites religieux où se mêlent, sans s'affronter, catholicisme et chamanisme donnant lieu à des cérémonies hautes en couleur, c'est tous les faits qu'ont diffusé les archéologues qui ont en outre révélé que la civilisation péruvienne remontait à plus de cinq millénaires avant l'empire des Incas, par conséquent avant les pyramides d’Égypte !.
En 1987, la découverte de la sépulture du « Senor de Sipan » révèle des trésors de la culture Mochica (100 à 700 après J.-C.) constitués d'or, turquoise, lapis-lazuli, cuivre etc. La culture Sican (IX-Xè s.) s'intercale entre les Moche et les Chimu. En 1920, les fouilles de la nécropole de Paracas (1er siècle après J.-C.) mettent au jour des centaines de momies, enveloppées dans des tissus délicatement brodés. La culture Chavin (800 à 300 av. J.-C.) associe la jungle et sa faune sauvage sur les motifs peints, sculptés ou tissés. Chaque décennie est marquée de découvertes archéologiques nouvelles.
Le Pérou danse au son des harpes et des flûtes andines auxquelles se mêlent des rythmes africains pour donner naissance à la « musica criolla ». Il chante aussi. Les fêtes succèdent aux fêtes tout au long de l'année : nationales, locales combinant rites ancestraux et religion comme cette fête du Soleil que les instances catholiques ont fixée au 24 juin, date de la Saint-Jean !
Même si toutes ces cultures se mélangent un peu dans nos esprits de simples amateurs, il n'en demeure pas moins vrai que le Pérou est un Pays de cocagne pour les visiteurs curieux et que, resté très authentique, il faut aller sur place enrichir notre regard.

I. Aubert