Un regard sur l'Egypte... par Pierre-Alain Mallet

En tant que guide, l’Egypte est un cas particulier. C’est le seul pays où la réalité dépasse les espérances des voyageurs. Là où certaines destinations demandent des capacités de conteurs pour faire revivre et rendre compréhensible les vestiges, la majesté de Karnak, le romantisme de Philae ou la vivacité des coloris des tombes de Thèbes sont toujours au-delà des rêves d’avant le départ. Accompagner un premier voyage en Egypte, c’est aussi être spectateur de cette rencontre, où le souvenir de Bonaparte se mêle à celui de l’obélisque de la Concorde...

Six ans après mon dernier accompagnement sur les bords du Nil, il a suffi d’un coup de fil d’une amie qui souhaitait découvrir l’Egypte avec sa famille pour que le besoin de retourner dans ce pays, de retourner à nouveau vers ce peuple que j’avais appris à aimer dans sa diversité, et de le faire découvrir à mon épouse et à mes fils, se réveille et que je prenne ma décision en quelques minutes. Nous partirions tous les sept, quatre adultes et trois enfants pour y passer un Noël inédit.
Le plus dur fut peut être de braver, durant les dernières semaines avant le départ, les « Et vous n’êtes pas inquiets ? » ou les « à votre place, j’hésiterai quand même » des personnes à qui j’annonçais notre projet. Je finirai presque par me sentir réellement héroïque ou inconscient.
Dès l’arrivée à l’aéroport de Louxor, les doutes s’estompent devant la familiarité du lieu. Le trajet jusqu’au bateau achève de me persuader que rien n’a changé depuis ma dernière venue. Le premier sentiment de changement, je l’éprouve en montant sur le bateau. Comme souvent, nous devons traverser quatre autres embarcations, rangées bord à bord, avant de trouver la nôtre. Mais cette fois les trois premiers semblent vides de tout passager. L’impression devient certitude le lendemain matin quand nous nous retrouvons à partager un petit déjeuner avec seulement deux autres couples dans une salle prévue pour cent personnes. Finalement le bateau se remplira, jamais complètement, essentiellement d’indiens, de soudanais, et de rares occidentaux, en tous petits groupes. Sur les 300 navires qui sillonnent habituellement le Nil, seule une dizaine est en activité.
Pour nous ce fut évidemment un ravissement de se retrouver parfois seuls sur certains sites, en tous cas toujours pouvant nous isoler pour goûter la sérénité propre à ces temples, tombeaux ou sites naturels. Mais quelle tristesse pour les Egyptiens. D’eux pourtant, nous ne recevrons que des sourires, et des centaines de « merry christmas ». Mes fils et celui de mes amis doivent être, à ce jour, présents sur les sites facebook des dizaines d’écoliers et d’écolières qui les ont pris en photos, leur ont demandé leur nom ou caressé les cheveux.
Notre souvenir le plus fort sera sans doute notre traversée à pied du Caire, depuis le musée jusqu’au Khan el Khalili au pied de la mosquée Al-Azhar, au milieu d’une foule qui reflète, comme cela a toujours été le cas, la diversité de la population Cairote. Diversité de richesse, de vêtements, d’attitudes, mais surtout dans un tourbillon qui est la marque de cette cité monde incroyable. Les vitrines criardes des vêtements de lingerie sexy, voisinent avec des étals de fruits. Nous sommes attirés par un tournage publicitaire en pleine rue. Mais surtout, pas un instant nous ne nous sentons inquiets. On nous ignore le plus souvent, on nous regarde parfois, on nous sourit surtout, doucement ou avec cette espièglerie qui m’a toujours parue être la marque des égyptiens.
Un gamin qui nous poursuit un moment devant les pyramides pour nous vendre quelques cartes improvise soudain avec nos enfants un tournoi de bras de fer, oubliant sa marchandise au point de marcher dessus, et nous quitte avec un grand sourire.
Le vide de visiteurs européens a pourtant un corolaire. L’omniprésence de la sécurité : hommes en armes, contrôles réguliers, véhicules blindés parfois. Mon fils cadet s’est amusé un moment à compter les fusils visibles lors de notre trajet en car vers la vallée des rois. Lassé, il s’est arrêté à trente. La surveillance est toujours bon enfant mais constante.
Notre guide pour sa part, libéral dans un pays où il est compliqué de n’être ni pro-armée, ni pro frères musulmans, tente de faire vivre son courant via twitter. Il nous parle de ses combats, du cadavre enjambé pendant les jours d’affrontement, des scandales politique et affairistes mais surtout de ses espoirs. De ses discussions avec un ami proche des frères musulmans, d’une présentatrice de télévision ou d’une nageuse qui ôtent leur voile publiquement, de sa vision de l’Egypte au sein du monde arabo-musulman.
L’Egypte est à un tournant de son histoire. Nous rentrons heureux d’avoir assisté, même si c’est de loin, de cette position ambigüe qu’est celle de touriste, à ce bouillonnement. Nous rentrons surtout heureux d’avoir témoigné, à notre petite échelle, de notre amour pour l’histoire, la culture et pour le peuple égyptien qui le mérite tellement.

Conférencier

Voyages associés

Egypte, le Nil des pharaonsCircuit / Croisière 12 jours

Croisière sur le Nil, visite du Caire, Louxor, Edfou, Assouan, Philӕ, Abou Simbel. Voyage culturel en Egypte incluant le Caire avec les Pyramides de Gizeh et Saqqarah, mais aussi Louxor et la vallée des rois, le temple de Karnak, une croisière sur le Nil (Edfou, Kôm Ombo, Assouan et le musée nubien, Philae), Abou-Simbel (nuit à Abou Simbel avec son et lumière)

du 12 au 23 févr. 2020
Départ bientôt garanti
Voir
du 26 févr. au 8 mars 2020
Voir
du 4 au 15 avr. 2020
Voir
du 11 au 22 avr. 2020
Départ garanti
Voir
du 22 avr. au 3 mai 2020
Voir

L'Egypte en familleCircuit / Croisière 8 jours

Circuit en famille en Egypte : le Caire, Louxor, croisière sur le Nil, Assouan. Vacances culturelles en Egypte avec visite des Pyramides de Gizeh, le musée national des Antiquités au Caire, le temple de Karnak, la Vallée des rois, le temple de Louxor, croisière sur le Nil et découverte des temples d’Edfou et Kôm Ombo, Assouan, Philae...

du 8 au 15 févr. 2020
Départ garanti
Voir
du 11 au 18 avr. 2020
Départ garanti
Voir