Une perle baroque, l’air des Folies d’Espagne (La Folia)

C’est un thème tout simple qui est devenu le plus grand « tube » de la musique baroque. Un succès phénoménal qui a même inspiré plus de 150 compositeurs depuis le XVIe siècle jusqu’aux XIXe et XXe siècles (rassurez-vous, nous n’allons pas les écouter tous ! Juste un petit choix). Mais c’est surtout aux XVIIe et XVIIIe siècles que tout le monde fredonne cet air entêtant repris par les plus grands noms de la musique durant cette période baroque dont, faut-il le rappeler, le nom provient du portugais barocco, la perle irrégulière, et par extension tout ce qui est étrange, bizarre....

Un air simple :

Voici un lien pour écouter Jordi Savall et son ensemble durant plus 2h sur le thème de La Folia depuis la Renaissance à Vangelis en passant par le baroque naturellement.

A l’origine, un air de bergers ibériques

L’origine précise d’un air populaire est en général très floue. C’est dans la péninsule ibérique, probablement au Portugal au XVe siècle, qu’apparaît cet air célèbre avant de se répandre en Espagne. Gil Vincente (v1465-1537), père du théâtre portugais et musicien, est un des tous premiers à mentionner cet air, la Folia, amusement débridé de paysans chantant et dansant sur ce thème. Le Recueil espagnol de chansons (Cancionero de Palacio) remontant aux Rois catholiques à la fin du XVe siècle le reprend, ainsi que d’autres auteurs ibériques de la Renaissance. Sebastián de Covarrubias y Orozco le décrit ainsi en 1611 : « Il s’agit d’une danse portugaise, très bruyante, dans laquelle de nombreuses figures sont exécutées au son de tambourins et autres instruments. (…) Le bruit est si intense et le rythme si rapide que les danseurs semblent avoir perdu l’esprit, raison pour laquelle ils donnèrent à cette danse le nom de Folia. »
Voici les liens vers des extraits musicaux :
Cancionero de Palacio, Rodrigo Martinez, v.1490, variations par Jordi Savall
Manuel Machado, Cancionero de la Sablonara, Dos estrellas le siguen, Folia (1625)

Un air adopté en Italie à l’aube du XVIIe siècle

Cette danse arrive en Italie à l’aube du XVIIe siècle et se répand rapidement dans toute l’Europe. En 1604, Johannes (Giovanni) Kapsberger, d’origine allemande, né en Italie et établi à Rome, compose pour le chitarrone (variante du luth) des variations sur le thème de la Folia. Elle devient souvent plus lente, plus solennelle, comme une passacaille (qui tend aussi à se confondre avec une chaconne), elles-aussi d’origine espagnole, comprenant des variations. En même temps le thème est de moins en moins identifiable avant Andrea Falconieri.
Alessandro Piccinini (1568-1638)
Giovanni Kapsberger (v.1580-1651)
Girolamo Frescobaldi (1583-1643)
Andrea Falconieri (1585-1656), La Follia, variations for Violins and Continuo (1650)
Avant Lully, un des premiers à donner aux Folies leur forme définitive.

Une explosion européenne dans la seconde moitié du XVIIe siècle

En France, la Folie omniprésente

C’est Lully, novateur de génie, qui reprend l’air pour un ensemble de hautbois et bassons sous le nom de « Folies d’Espagne » en 1672, air que l’on peut écouter dans le film de Gérard Corbiau, Le Roi danse. Le thème connaît un incroyable succès. Robert de Visée écrit dans l’introduction de son Livre de guittarre (1682) : « …on n’y trouvera point de folies d'Espagne. Il en court tant de couplets dont tous les concerts retentissent, que je ne pourrois que rebattre les folies des autres. » Parmi les multiples compositeurs français qui ont fait des Folies, on pourra citer Marin Marais (popularisé par le film Tous les matins du monde d’Alain Corneau), D’Anglebert, Couperin.
Jean-Baptiste Lully : Les Folies d'Espagne (1672)
Extrait du film Le Roi Danse
Manuscrit anonyme parfois attribué à Robert de Visée (!)
Jacques de Gallot (dit le vieux Gallot de Paris), Les Folies d'Espagne (1685)
Extrait du film Tous les Matins du Monde avec le regretté Guillaume Depardieu
En fanfare
Michel Corrette, Les Folies d'Espagne (v.1750)

En Angleterre, la Folie venue de France

Michel Farinel (1649-1726), musicien français de Grenoble, a amené la folie en Angleterre lors de son séjour (1675-1678), folie connue sous le nom de Farinel's ground (Folia). C’est le musicien John Playford qui la publie pour la première fois dans « The division violin »  en 1684 .
Henry Purcell s’inspire de l’air pour la chaconne extraite de The Fairy Queen (1692)
Anonyme (Londres 1700) : La Folia en s’inspirant cette fois de Corelli

En Italie, la Folia débridée

Une folie chantée, Matteo Coferati : Lauda Spirituale-Folias di Spagna (1688), à la fin de la pièce, avec castagnettes !
Arcangelo Corelli, La Follia (1700), une des plus célèbres Folies
Bernardo Pasquini, Partite diverse di Follia in re (1702)
Antonio Vivaldi, La Follia (1703), une des plus connues aussi
Alessandro Scarlatti, Variazioni sulla Follia di Spagna (1723)
Francesco Geminiani(1687-1762), La Follia
Francesco Petrini, Les Folies d'Espagne et douze variations (1799). A la harpe

En Espagne, toujours la Folie

Gaspar Sanz, Folias (v. 1675)
Antonio Martin y Coll : Diferencias sobre las Folias (début XVIIIe siècle)

Dans l’Empire germanique, la Folie plus mesurée

Antonio Bertali (1605-1669), un italien au service de l’empereur Léopold 1er avec qui il a composé ce Regina Coeli (Folia) pour alto et ensemble de violes.
Johann Sebastian Bach, Folia (air Unser trefflicher) de la cantate BWV 212 Mer hahn en neue Oberkeet (Nous avons un nouveau gouverneur). La cantor de Leipzig a intégré cet air dans sa Cantate des Paysans (le titre originel de Bach est Cantate burlesque) datée de 1742. Un paysan et une paysanne un peu éméchés dialoguent en ironisant sur les machinations du collecteur d’impôts et louent la bonne gestion du chambellan de l’Electeur de Saxe Carl Heinrich von Dieskau (ancêtre du baryton Dietrich Fischer-Dieskau) à qui la cantate est dédiée pour son anniversaire. L’air n°8 Unser trefflicher, lieber Kammerherr (Notre excellent, cher chambellan) reprend le thème de la Folie. Un véritable joyau !
Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788), un des fils de J. S. Bach : Douze variations sur les Folies d'Espagne.

Au XIXe siècle, la Folie romantique

Fernando Sor : Les Folies d'Espagne op. 15a (1810)
Mauro Giuliani (1781-1829) : Variazioni sul tema della Follia di Spagna
Antonio Salieri, Variazioni sull'aria La Follia di Spagna (1815), composition pour un orchestre aux timbres très variés.
Liszt : Rhapsodie espagnole (1863).

Folies contemporaines

Rachmaninov : Variations on a theme of Corelli, Opus 42 (1931)
Gregorio Paniagua, La Folia (1980) : une série de variantes sur le thème dont voici un extrait
Vangelis (bande originale du film 1492, Christophe Colomb, 1992), une inspiration lointaine…
Karl Jenkins, La Folia (2004)

La Folie est toujours présente !

Conférencier

Voyage associé

La Semaine Mozart à Salzbourg

Séjour 4 jours
 /  à partir de 2 440 €

En partenariat avec Radio Classique, séjour culturel et musical à Salzbourg. Voyage musical en Autriche, avec le festival d'hiver à Salzbourg. Visites culturelles : forteresse de Hohensalzburg, Bad Ischl et la région des lacs, maison de Mozart...Programme musical

du 23 au 26 janv. 2021
Départ garanti
Voir