Afrique du Sud - L’épopée Zoulou

Les Zoulous, « peuple du ciel » sont des populations Bantoues arrivées dans le sud du continent vers l’an 500 à partir de l’Afrique de l’Est. Ils font partie du groupe Nguni, qui comprend aussi les Ndebele, les Xhosa et les Swazi.

A la fin du XVIIème siècle naît Shaka Zoulou, fils illégitime d’un chef Nguni. Bâtard, chassé de sa tribu, il devient un guerrier redoutable. En 1816, à la mort de son père, il assassine son demi-frère et prend le pouvoir. C’est le début d’une ascension fulgurante, et la naissance d’une redoutable puissance militaire. Après avoir attaqué toutes les tribus qui l’entouraient, il met en place une machine de guerre. Les hommes entraînés à la « spartiate », soumis à une discipline de fer doivent servir 15 ans Shaka zulu pour être libérés du service militaire. Les succès des guerriers zoulous s’expliquent par le nombre, la surprise, la mobilité et la rapidité. Shaka remplace l’ancien mode de combat à distance avec javelots par le combat au corps à corps avec sagaies, ce qui rend les combats plus meurtriers mais décisifs. L’armée rassemblée en demi-cercle est constituée de plusieurs corps : le centre composé de soldats d’expérience est épaulé sur ses ailes par de jeunes guerriers rapides chargés d’envelopper l’adversaire. A l’arrière, la réserve constituée de soldats plus âgés attend l’issue de la bataille pour intervenir. Les soldats zoulous possèdent le même armement standardisé composé d’une sagaie, d’un casse tête et d’un long bouclier. A l’image de l’armée romaine, les blessés sont égorgés, leur cœur arraché et les vaincus poursuivis et anéantis. Cette redoutable armée forte de 30 000 hommes a fédéré par la force tous les clans Nguni puis attaqué les tribus voisines. Shaka, devenu paranoïaque et brutal, fut assassiné par ses demi-frères en 1828. La nation zouloue lui survivra.
Bien que vaincus par les boers armés de fusils à la bataille de Blood river en 1836, ils conservent leur indépendance jusqu'à l’arrivée des anglais. Ils remportent même la victoire d’Isandlawana, en 1879 sans arme à feu. Cette cuisante défaite anglaise où plus de 1300 soldats et officiers ont été tués marque pourtant la fin de l’épopée zouloue. Les britanniques, cinglés par ce « Waterloo africain » envoient un contingent de 10 000 hommes pour « pacifier » définitivement la région. Les Zoulous vaincus voient leur royaume occupé et annexé à la colonie du Cap. Néanmoins, le royaume Zoulou a survécu à ce désastre. Il existe toujours et Zwelithini, son roi est un descendant de Shaka. Les zoulous ont eu un rôle politique actif pendant les années d’apartheid même s’ils ont été parfois instrumentalisés par le pouvoir blanc. L’Inkatha, parti zoulou a été promu par le régime de l’apartheid pour affaiblir l’A.N.C à majorité Xosha. La culture zouloue fondée sur les traditions et une société patriarcale reste vivace surtout dans les campagnes. Beaucoup sont partis travailler en ville ou dans les mines. Le village traditionnel, le Kraal, s’articule toujours à partir de l’enclos pour le bétail entouré de cases. La polygamie a tendance à s’estomper devant la difficulté à entretenir plusieurs épouses. Les zoulous gardent toujours leurs chefs coutumiers et sont très attachés à leurs cérémonies traditionnelles pour lesquels ils revêtent les parures de leurs ancêtres en peaux d’animaux sauvage. Le président sud-africain Jacob Zuma est d’origine zouloue. Les Zoulous prennent actuellement un ascendant important au sein de L’A.N.C. aux dépends des Xhosa.

Conférencier

Voyage associé

Nouvel An en Afrique du SudCircuit 13 jours

Voyage culturel Nouvel an 2020 en Afrique du Sud : Pretoria, parc Kruger, safaris en véhicule 4x4, péninsule du Cap, route des vins. Circuit culturel en Afrique du Sud avec safari dans le Parc Kruger, découverte de Cape Town, Réserve du Cap de Bonne Espérance, Montagne de la Table, Pretoria, Durban, réserve de Hluhluwe, réserve privée de Kwa Madwala, le Swaziland...

du 29 déc. 2019 au 10 janv. 2020
Voir